La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Avot Yeshurun

Ouvrages chroniqués

Trente pages
de Avot Yeshurun
2016
Paru en 1964, Trente pages rappelle la voix trop méconnue d’Avot Yeshurun qui se considérait lui-même comme un étranger dans sa propre langue. Né en 1904, en Ukraine, Avot Yeshurun décide à l’âge de 21 ans d’émigrer en Palestine contre l’avis de ses parents, qui restés en Pologne, périront dans un camp d’extermination. En 1948, date de la création de l’État d’Israël, celui qui se nomme jusque-là Yekhiel Perlemuter, adopte le nom d’Avot Yeshurun. Comme l’explicite la traductrice, Bee Formentelli, malgré cette « double rupture délibérée d’avec le pays natal et la langue maternelle », le désir reste ancré en lui de « retrouver, mais comme principe de fécondation d’une patrie seconde, le lien spirituel d’une enfance dont il a tout...
Emmanuelle Rodrigues
novembre 2016
Le Matricule des Anges n°178
La Faille syro-africaine
de Avot Yeshurun
2006
Marquée par le divin et le tragique, la poésie de l’Israélien Avot Yeshurun cherche à rapprocher l’irréconciliable. Ce livre est une rencontre avec un homme, poète d’une humanité immense mort en 1992, qui reconnaissait « Je m’avance en aveugle vers le poème. (…) Je suis devant un mur impénétrable. Je ne comprends rien ». Si bien qu’on est presque gêné de le commenter, tant l’évidence de la citation rend caduque les divagations qu’elle occasionne. Avot Yeshurun est le nom choisi par le jeune homme qui en 1925 quitte sa famille et sa petite ville polonaise de Krasnystaw pour l’Israël. Ils disparaîtront dans la Shoah. Lui en gardera sa vie durant, selon ses propres paroles, une intense fièvre qui ne tombe...
Marta Krol
novembre 2006
Le Matricule des Anges n°78