La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Béatrice Commengé

A propos

La chair de la lettre Dans « En face du Jardin », récit arborescent consacré à l’une des parenthèses parisiennes de Rilke, Béatrice Commengé tisse des liens délicats entre la lettre d’amour, les lieux et l’écriture personnelle. Dans la soirée du samedi 23 octobre 1920, Rainer Maria Rilke arrive à Paris, prend un fiacre et se rend à l’hôtel Foyot sis en face du Jardin du Luxembourg. Ayant été obligé d’interrompre l’écriture de ses Élégies, il recherche la « force d’un lieu exceptionnel » qui serait propice à l’affleurement de la poésie. Dans ce Paris de l’après-guerre, avant même de se rendre en Suisse, au château de Berg, Rilke refait l’expérience de l’abolition sensible du temps. La capitale française génère cette ineffable « alchimie de ce qui change et de ce qui demeure » et se métamorphose en points...
mars 2007
Le Matricule des Anges n°81

Ouvrages chroniqués

Voyager vers des noms magnifiques
de Béatrice Commengé
2010
D’aucuns partent dans le but d’exorciser les démons du quotidien au moyen d’un dépaysement estampillé Club Med. D’autres, rares, font métier de traduire leurs inaliénables déplacements géographiques en récit de voyage mâtiné d’investigation littéraire. Béatrice Commengé compte parmi ces derniers. Recueil composé de cinq textes « La tombe de Nietzsche », « Trieste ad Italia », « Dérives grecques », « D’un chemin, l’autre » et « Nuit à Esna », Voyager vers des noms magnifiques déploie une prose vagabonde jalonnée de poètes, écrivains ou philosophes, qui sont comme autant de petites...
Jérôme Goude
janvier 2010
Le Matricule des Anges n°109
Et il ne pleut jamais, naturellement
de Béatrice Commengé
2003
Que se passe-t-il dans le suspens d’une phrase ? Que devient-elle dans le silence qui succède à son point ? Arrêt sur presque rien. À la page 65 du roman de Béatrice Commengé, une phrase dit un peu ce qu’il en est des phrases dans ce très beau livre. C’est une phrase de rien, qu’on lit sans vraiment la lire, qui cependant, si l’on y prête attention, à elle seule résume ce que le livre cherche à dire. C’est avant tout une phrase suspendue, qui parle de ce suspens d’une phrase, c’est-à-dire du fait qu’écrire ici est s’approcher le plus près possible du silence (ou du vide), avec délicatesse, comme à tâtons, parce qu’il y a des choses qui ne se laissent pas dire, quant au fonctionnement des cœurs et des esprits, parce...
Xavier Person
novembre 2003
Le Matricule des Anges n°48