La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Bernard Ruhaud

Ouvrages chroniqués

On ne part pas pour si peu
de Bernard Ruhaud
Nous sommes en 1965, le narrateur, jeune homme, vient de quitter ses parents. Une fugue pour apprendre la liberté, se confronter à l’errance, entre Paris et Toulouse, la vie rude à coups d’expédients poussée au petit bonheur la chance. Le Parti, où est le père, reste un lien avec la famille et avec le large monde. Bernard Ruhaud écrit la chronique de trois ans d’apprentissage de la vie (petits boulots, petites débrouilles) comme on murmure. Ce roman semble le synopsis d’une vie frôlée à peine par l’écriture, comme si le réveil des souvenirs devait se faire avec la douceur qui convient à...
Thierry Guichard
mars 2002
Le Matricule des Anges n°38
La Première Vie
de Bernard Ruhaud
Né en 1949 en banlieue parisienne, Bernard Ruhaud dans ce premier récit raconte Nanterre, son père et le Parti communiste et termine cette courte évocation par la mort de sa mère. C’est comme un album photo dont les pages se tournent sous un commentaire sobre, sans aucun effet littéraire, par phrases courtes. La banlieue rouge dans les années 50, ce sont des ouvriers, des Algériens, des bidonvilles et pas mal de misère. C’est, pour le jeune Ruhaud, la lutte au sein du Parti, les chants révolutionnaires et plus tard les manifs. Ce sont les massacres, par la police, de ceux qui soutiennent...
Thierry Guichard
octobre 1999
Le Matricule des Anges n°28