La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Bret Easton Ellis

A propos

Fantômes résidentiels Nouveau ? Fabriqué ? Réussi ? Il vaut la peine de lire jusqu’au bout « Lunar Park », roman de Bret Easton Ellis et sa conscience, pour ne pas sortir de ces hésitations. À quoi ressemblent ses histoires ? Disons que la lecture en est souvent éprouvante, Ellis s’étant fait une spécialité des descriptions cliniques et des détails dégueulasses. Le dernier exemple en date, c’était Glamorama (1998), où diverses explosions permettaient d’assister en très gros plan au démembrement des organismes de la jet-set : peu de choses encore en comparaison d’American psycho, catalogue souvent insoutenable dont chaque scène de sexe semblait préparer l’offensive d’un déchaînement horrifique (l’auteur, c’est curieux, dit lui-même éprouver des difficultés à relire certaines...
novembre 2005
Le Matricule des Anges n°68

Ouvrages chroniqués

White
de Bret Easton Ellis
2019
Avec son « essai » White, des nouvelles de Bret Easton Ellis, qui vieillit sans en faire un roman, mais croit encore à l’art de déplaire. Difficile a priori d’y reconnaître encore un écrivain. Personne ne semble souvenir du dernier récit exténué : Suite(s) impériale(s) en 2010 ; depuis lors il s’est abonné au numérique (podcasts, webséries, tweets) ; et le bénéfice commercial de White, c’est qu’un texte d’idées saura faire du foin sans avoir à causer littérature. Un essai donc, et d’une teinte indéfinie, la critique cinéma y voisinant avec l’analyse de l’élection présidentielle ou l’écho des potins d’Hollywood, selon huit sections qui se combinent sans point de suture ni structure patente. Il arrive même qu’on ne comprenne...
Gilles Magniont
juin 2019
Le Matricule des Anges n°204
Zombies
de Bret Easton Ellis
Violence, drogue et sexe : l’univers exacerbé de Bret Easton Ellis dénonce la perte des valeurs sentimentales qui fait de nous des zombies. Peinture des années 80 dans la bonne société de Los Angeles, Zombies annonce une fin de siècle déjantée qui verrait les sentiments humains déserter la planète. Portrait d’une génération qui ne peut même plus être perdue (il faudrait déjà qu’elle se trouve), le roman s’attache à suivre des personnages plus ou moins liés à un groupe d’amis étudiants. L’université et le surf en toile de fond, la musique très commerciale comme rythme sonore et des chapelets de marques de fringues, montres, lunettes de soleil, voitures, etc. balisent cet univers désincarné. Si les gamins de Los Angeles sont...
Thierry Guichard
septembre 1998
Le Matricule des Anges n°24