La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Bruno Gay-Lussac

A propos

Les grandes cellules de Gay-Lussac Disparu le 6 octobre dernier à 77 ans, l’auteur du Voyage enchanté laisse derrière lui plus e vingt livres. Cere encore confidentielle, à l’écriture dépouillée, aux thèmes obsessionnels, est d’une unité implacable. Peu de choses sues et dites sur la vie de Bruno Gay-Lussac. Son lieu de naissance comme le métier qu’il exerça, ou même le parcours de son trajet, ne sont jamais mentionnés en quatrième de couverture ou dans les notices biographiques. On est face à un auteur dont le fil biographique a été voulu absolument plat, net, sans bavure. Seuls précisions de dictionnaire : il est un descendant d’un célèbre chimiste, fut le neveu de François Mauriac qu’il considérait comme son frère. Et finalement, les livres qu’il écrivit, en dehors de ceux qu’il renia et qui furent écrit dans l’après-guerre comme...
février 1996
Le Matricule des Anges n°15

Ouvrage chroniqué

Un cri de solitude
de Bruno Gay-Lussac
Bruno Gay-Lussac s’est éteint l’année passée, après une longue maladie. Avec Un cri de solitude, ouvrage posthume et inachevé, la vie d’Arion, qu’on avait pu voir, dans le livre qui porte son prénom, se resserrer comme un noeud à la mort de son frère Ring, dure encore quelques temps, jusqu’à ce point ultime qui le confondra à la tombée du soir. La vie d’Arion se termine ainsi pour nous, dans la dernière étoffe d’une famille vouée à l’infortune, et de lui, de ce gamin sauvage, réfractaire à l’école, ouvert aux grands mouvements des arbres dans le vent, de lui qui sut sentir comme les bêtes...
Emmanuel Laugier
juillet 1997
Le Matricule des Anges n°20