La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Christos Ikonomou

A propos

Il pleut sur la Grèce Portrait intime d’un pays en crise avec la première traduction en France de l’écrivain et journaliste Chrìstos Ikonòmou – entre désenchantement et espoir. Il pleut beaucoup dans les nouvelles de Chrìstos Ikonòmou. Elle n’est pas forcément battante, elle n’est pas torrentielle, cette pluie, « pas toujours méchante, comme une punition » ; mais elle ne lave pas non plus, elle ne purifie pas ; elle serait plutôt insidieuse, sorte de présence noire et grise qui engloutit le paysage, les êtres et leurs rêves sous sa sombre fatalité. Il pleut beaucoup sur la Grèce ces derniers temps, et l’eau monte, inexorablement. Sur les trottoirs mouillés on arpente les rues du Pirée. Sous le ciel indifférent, de nuit comme de jour, on marche, on guette, on...
mars 2016
Le Matricule des Anges n°171

Ouvrage chroniqué

Le Salut viendra de la mer
de Christos Ikonomou
2017
Dernières nouvelles de Grèce, sous la plume caustique de Christos Ikonomou : la guerre civile larvée menace. Ceux d’aut’part, qu’ils nous appellent. Et Athéniens. Même nous, ceux du Pirée. Mais ceux de Larissa, de Thessalonique, de Patras ou de n’importe où, ils les appellent tous Athéniens. Et notre coin, d’Aya Marina jusqu’à Bares, ils l’ont appelé le quartier des Athéniens. D’où qu’on vienne, Athéniens, tous. Les Athéniens, les réfuchiés, ceux d’aut’part. » Dans une île grecque, une de ces îles dont nous rêvons tous, rien qu’à entendre leurs noms, quelque part entre Naxos et Amorgos (à Folegandros précise le traducteur), se sont exilés, réfugiés, les laissés-pour-compte (euphémisme fréquent...
Thierry Cecille
avril 2017
Le Matricule des Anges n°182