La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Danielle Robert-Guédon

Ouvrages chroniqués

Les Vivants, les morts et les marins
de Danielle Robert-Guédon
2005
Peut-on semer les souvenirs de ceux qu’on a aimés ? Danielle Robert-Guédon prouve qu’au moins, on peut faire de la douleur une célébration littéraire. Certaines musiques n’ont pas besoin de paroles pour toucher au cœur. Elles en disent assez, dans leurs accords mineurs pour susciter l’émotion, et, le silence rendu à lui-même, laisser à l’auditeur l’impression d’avoir effectué un lointain voyage. L’inverse est vrai aussi, et Danielle Robert-Guédon le prouve ici : ses phrases n’ont besoin d’aucune musique pour toucher au plus profond son lecteur. On aurait quelques facilités à évoquer le fado portugais puisqu’on emprunte avec la narratrice les rues pavées de Lisbonne. Et puisque ce récit mêle, entrelacées dans les souvenirs qu’elle...
Thierry Guichard
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59
Le Désespoir du singe
de Danielle Robert-Guédon
1997
B.L.-V. est écrivain ; il vit reclus dans son château en Mayenne, et consacre tout son temps à l’écriture. Le long d’un mur, un araucaria, arbre un peu étrange appelé communément « désespoir du singe », donne la seule touche d’exotisme en ce lieu austère et mystérieux. Des personnages qui passent furtivement, comme des ombres, on ne nous dit rien, ou presque ; le narrateur-on sait seulement que c’est une femme- nous en brosse un portrait sommaire, par petites touches, et évite de leur donner un nom. Quant à B., cet artiste marginal, il fascine et dérange, car, bien qu’étant au centre du...
Olivier Roinsol
novembre 1997
Le Matricule des Anges n°21