La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur E. M. Forster

Ouvrages chroniqués

Quelle importance ?
de E. M. Forster
1998
C’est toujours à peu près la même histoire : il suffit qu’un éditeur (crédible) décide de sortir de l’ombre un auteur oublié pour qu’on se rappelle à quel point la littérature sait se montrer ingrate… Romancier et nouvelliste anglais (1879-1970), Edward Morgan Forster n’échappe pas à la règle : comment se peut-il en effet que la postérité ait oublié un tel écrivain, qui connut son heure de gloire en 1925, après avoir obtenu le prix Fémina pour La Route des Indes ? À quoi bon les hiérarchies, les interdits, les habitudes, la notion de bien et de mal semble nous dire Forster du haut des...
Didier Garcia
janvier 1999
Le Matricule des Anges n°25
De l’autre côté de la haie
de E. M. Forster
Est-il possible d’écrire comme on rêve ? E.M. Forster, dans ses romans, n’en a pas pris le risque. Publication du dernier volet de ses nouvelles. Pour Edward Morgan Forster, romancier anglais né en 1879, écrire des nouvelles était peut-être une manière de se reposer de l’écriture, de libérer son imagination en laissant de côté, l’espace de quelques heures ou de quelques jours, l’œuvre à faire. On ne retrouve pas grand-chose, ici, des longues analyses psychologiques, souvent laborieuses, de Howards End ; la volonté de rendre compte des transformations d’une époque ou de s’engager, comme Forster le fit en 1924 avec Route des Indes, dans le débat public, est absente de ce recueil. Bien sûr, quelques thèmes relient ces récits aux...
Dimitris Alexakis
novembre 1995
Le Matricule des Anges n°14