La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Edgar Allan Poe

A propos

En fiction toute ! Digne successeur de Philarète Chasles et de Marcel Schwob, Jean-Pierre Naugrette fait reluire avec amour les classiques de la Fiction anglo-saxonne à travers ses essais, ses traductions et ses romans. Il est homme d’exégèse : Jean-Pierre Naugrette, enseignant à l’Institut du Monde Anglophone (Sorbonne Nouvelle) est l’auteur d’un Robert Louis Stevenson, l’aventure et son double (Presses de l’ENS), le co-directeur d’un colloque de Cerisy intitulé Stevenson-Doyl : l’aventure de la fiction (Terre de Brume, 2003). Cependant, depuis qu’ont paru ses traductions de Stevenson et Conan Doyle ainsi que des proses personnelles où, dans les brumes de l’Angleterre victorienne, il joue à l’ombre des canons du roman fantastique ou policier, cet amateur éclairé s’est révélé un praticien très habile....
avril 2007
Le Matricule des Anges n°82

Ouvrage chroniqué

La Chute de la Maison Usher (et CD)
de Edgar Allan Poe
2010
Pendant toute la journée d’automne, journée fuligineuse, sombre et muette, où les nuages pesaient lourds et bas dans le ciel, j’avais traversé seul et à cheval une étendue de pays singulièrement lugubre, et, enfin, comme les ombres du soir approchaient, je me trouvai en vue de la mélancolique Maison Usher »… Encore une fois, le narrateur accomplit son voyage vers le manoir gothique et sa fin-de-race’s family. Encore une fois, on s’interroge : y sera-t-il victime d’hallucinations contagieuses, ou d’événements fantastiques ? La nouvelle n’a bien sûr pas bougé depuis que Baudelaire la...
Gilles Magniont
novembre 2010
Le Matricule des Anges n°118