La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Emmanuel Pierrat

Ouvrages chroniqués

L' Industrie du sexe et du poisson pané
de Emmanuel Pierrat
2003
Gaëlle et Gwenaëlle Frossec, tout juste 18 ans, quittent leur Tribidec natal pour la capitale : là, cousin Yann, patron du sex-shop Show de Breizh, les initie aux joies et déconvenues variées du stupre. Résumé réducteur, bien sûr, qui ne dit rien de l’écriture d’Emmanuel Pierrat : ci-devant orfèvre de la notation impressionniste (Gwenaëlle « avait achevé son dépucelage avec un beau congre » qu’elle avait tenté d’« enfiler museau en avant »), passé maître dans l’art difficile des maximes (« Faute de bites, on avale ses doigts »), satiriste pointu d’une société qui ferme « les écoles...
Gilles Magniont
avril 2004
Le Matricule des Anges n°52
Histoire d’eaux
de Emmanuel Pierrat
Histoire d’eaux s’impose comme un jeu de mots éculé, et donc un titre décourageant. C’est dommage, car le récit peut ici séduire. Seize minuscules chapitres y narrent autant de journées du mois de janvier 1910, un mois durant lequel, la Seine ayant débordé, la « rumeur de la ville était remplacée par le ruissellement de l’eau ». De Paris, Emmanuel Pierrat n’évoquera toutefois que le Jardin des Plantes : un jardin dont la splendeur est passée, délaissé par le public comme par les artistes, deux hectares déjà « endormis », un territoire considéré « obsolète » à l’heure où s’élabore...
Gilles Magniont
mars 2002
Le Matricule des Anges n°38