La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Eugen Uricaru

Ouvrages chroniqués

Le Poids d’un ange
de Eugen Uricaru
2017
Le Poids d’un ange, de Eugen Uricaru Par les baies de la véranda, où j’ai installé mon bureau, je vois s’éveiller le jardin au chant des oiseaux. Le chat fait sa promenade rituelle sur le clavier de l’ordinateur puis s’installe de tout son long sur les dictionnaires en se disant : « Peut-être n’y touchera-t-elle pas aujourd’hui ? » Mais si, elle va y toucher ! Avec bonheur, avec gourmandise, je vais attaquer une nouvelle page d’Eugen Uricaru. Traduire Uricaru, c’est converser avec un ami. Nous partageons le goût de l’histoire et de la spiritualité et il comprend d’autant mieux les questions que je peux lui poser qu’il est...
juin 2017
Le Matricule des Anges n°184
Ils arrivent les barbares !
de Eugen Uricaru
2009
En 1916, il restait un tout petit coin de paradis que chaque belligérant se disputait : la Roumanie. Mais pour Eugen Uricaru, la guerre n’est qu’un prétexte…. Au printemps de l’année 1916, la Roumanie sort de son long sommeil, et entre en guerre la fleur au fusil, contre les Puissances centrales. Quelques cartouches et quelques soldats, face à l’empire austro-hongrois, l’Allemagne et toute son artillerie, et son art consommé de la guerre. Le roman d’Eugen Uricaru commence comme la fable de la cigale et de la fourmi. Ils ont cela de fantastiques et de romanesques les personnages d’Uricaru, d’être poètes et troubadours alors que sonne le glas de la défaite et de l’occupation. Mais, vaille que vaille, ils conserveront jusqu’à l’absurde le rôle qui...
Virginie Mailles Viard
juin 2009
Le Matricule des Anges n°104