La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur F.J. Ossang

Ouvrages chroniqués

Landscape et silence
de F.J. Ossang
Construit en deux parties et trois mouvements, le nouveau recueil de F. J. Ossang découvre au final un paysage de montagne après la furie. Sous la révolte, les blessures d’une utopique sensibilité. Né en 1956, François-Jacques Ossang s’est fait une réputation sulfureuse en filmant rageusement l’époque punk à laquelle il a contribué.Il suffit de le voir dans son premier long métrage, L’Affaire des divisions Morituri éructant un lyrisme de révolte, perfecto clouté sur les épaules et crête hirsute autant qu’indienne pour coiffure.L’image en noir et blanc de ce film tressaute de séquences en séquences, balançant ses slogans rageurs en prise directe sur une bande son embrouillée. Un cinéma entre Godard et les Sex Pistols1. Mais Ossang s’est d’abord lancé dans la littérature en créant en...
Thierry Guichard
janvier 2001
Le Matricule des Anges n°33
Les 59 Jours
de F.J. Ossang
Enfant bâtard de la beat generation et d’Isidore Ducasse, F. J. Ossang ne cesse de courir le monde, caméra et stylo au poing. D’un séjour de deux mois en Amérique du Sud, il a ramené ce livre aussi nerveux que pessimiste. Loin des récits de voyage à l’anglo-saxonne, Les 59 Jours ne prend guère le temps de l’arrêt sur image. C’est un télescopage de visions, un sampling de phrases arrachées au magma de la langue, qui couvre les pages d’un journal halluciné. Le desperado cinéaste (L’Affaire des divisions Morituri ou Docteur Chance) court après les images d’une humanité mondialisée :...
Ulysse Gaillard
mai 1999
Le Matricule des Anges n°26
L' Ode à Pronto Rushtonsky
de F.J. Ossang
Deux écrivains qui triturent la langue, à leur façon dans une rage désespérée, une maison d’édition qui détourne les réseaux commerciaux pour venir nous charmer : assisterait-on à la résurgence de l’Underground ?. Etre né, français, dans la seconde moitié des années 50 s’apparente à une malédiction. F.J. Ossang naquit en 1956, a fêté ses vingt ans sous Giscard en pleine crise pétrolière avec juste assez de conscience historique pour savoir que les combats révolutionnaires étaient morts et enterrés. Le passé exaltant est derrière, le présent c’est regarder un faux aristo se rendre chez les éboueurs pour manger une bonne omelette, le futur ? No Futur ! Alors voilà, ça vous donne une génération perdue en quelque sorte, des zombies vociférants sur des scènes rock qui renient les Rolling Stones pour...
Thierry Guichard
décembre 1994
Le Matricule des Anges n°10
Au bord de l’aurore
de F.J. Ossang
Deux écrivains qui triturent la langue, à leur façon dans une rage désespérée, une maison d’édition qui détourne les réseaux commerciaux pour venir nous charmer : assisterait-on à la résurgence de l’Underground ?. Etre né, français, dans la seconde moitié des années 50 s’apparente à une malédiction. F.J. Ossang naquit en 1956, a fêté ses vingt ans sous Giscard en pleine crise pétrolière avec juste assez de conscience historique pour savoir que les combats révolutionnaires étaient morts et enterrés. Le passé exaltant est derrière, le présent c’est regarder un faux aristo se rendre chez les éboueurs pour manger une bonne omelette, le futur ? No Futur ! Alors voilà, ça vous donne une génération perdue en quelque sorte, des zombies vociférants sur des scènes rock qui renient les Rolling Stones pour...
Thierry Guichard
décembre 1994
Le Matricule des Anges n°10