La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Fabio Morabito

Ouvrages chroniqués

Emilio, les blagues et la mort
de Fabio Morabito
2011
Le Lecteur à domicile
de Fabio Morabito
2019
Le lecteur à domicile, de Fabio Morábito En 2006, Bertrand Fillaudeau, des éditions José Corti, pour qui je traduis des romanciers espagnols (José Luis Sampedro, Jesús del Campo), m’appelle pour me proposer Grieta de fatiga, un recueil de nouvelles mexicaines de Fabio Morábito, prix Antonin Artaud du roman en 2006. L’ouvrage lui a été rapporté de Mexico par Philippe Ollé-Laprune, longtemps directeur de la Casa Refugio de Citlaltépetl, et qui a toujours dans sa valise un livre français à faire traduire au Mexique et réciproquement. J’ai travaillé pour lui à l’époque où il dirigeait la collection hispanophone à La Différence, et...
juin 2019
Le Matricule des Anges n°204
Les Mots croisés
de Fabio Morabito
2009
Des révélations en cascade sur nos petites mystifications ordinaires, au fil des nouvelles savoureuses d’un Mexicain, Fabio Morábito, alliant insolite et poésie du réel. En espagnol, Les mots croisés portent le titre Grieta de fatiga, ce qui pourrait se traduire - et l’on pardonnera une maîtrise approximative de la langue de Cervantès - par « Un abîme de fatigue ». Outre le fait qu’un tel titre, en France, et dans le contexte de déprime généralisée, pourrait être moins alléchant, le choix présidant à la traduction pour cet opus d’un Mexicain talentueux, mais quasi-inconnu ici, reflète avec bonheur les jeux de langue mis au service d’une opération vérité dont se divertit l’auteur, et tout autant le lecteur. Nul doute qu’à ses yeux, se connaître, a...
Lucie Clair
mars 2009
Le Matricule des Anges n°101