La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Felisberto Hernàndez

Ouvrages chroniqués

Les Hortenses
de Felisberto Hernàndez
2016
Dix nouvelles de l’écrivain Uruguayen Felisberto Hernández (1902-1963), pour se perdre au-delà du réel. Une expérience fascinante. Il y a quelques étés déjà, j’ai commencé à me dire que j’avais dû être un cheval. À la tombée de la nuit cette pensée revenait en moi comme sous un hangar de maison. À peine avais-je couché mon corps d’homme que mon souvenir de cheval se mettait à trotter. »Ainsi commence la huitième nouvelle du recueil, intitulée « La femme qui me ressemblait ». Un incipit pour le moins déroutant, et qui dérouterait sans doute davantage si le lecteur ne s’était déjà rendu familier l’univers si singulier de Felisberto Hernández. Chacune des dix nouvelles du recueil (en réalité : une anthologie de textes...
Didier Garcia
mars 2018
Le Matricule des Anges n°191
Les Hortenses
de Felisberto Hernàndez
2016
Proche de Supervielle, Felisberto Hernández était un oniriste mélancolique. Au cours de sa vie bancale, il avait pris l’habitude de fuir où personne ne pouvait le suivre. L’Uruguay est un pays plein de ressources, même si l’on en parle peu durant nos dîners. Nous lui sommes redevables d’auteurs aussi importants que Juan Carlos Onetti (1909-1994), Horacio Quiroga (1878-1937), Mario Benedetti (1920-2009) ou l’inestimable Mario Levrero (1940-2004), ça n’est pas rien. N’omettons pas Jules Supervielle, Jules Laforgue ou Lautréamont qui ont toujours été admis avec ferveur. Pour Felisberto Hernández, les choses ne se passèrent pas aussi bien. Né à Montevideo le 20 octobre 1902, il commença par être un musicien sans succès avant de devenir un écrivain dont...
Éric Dussert
juillet 2016
Le Matricule des Anges n°175