La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur François Rosset

Ouvrages chroniqués

Un subalterne
de François Rosset
Le roman de François Rosset offre plusieurs pistes, partition aux variations superposées sur le thème des temps modernes. Il peut d’abord s’agir d’une chronique sociale. Le décor : une de ces tours de glace, cage à poules aux innombrables fenêtres avec derrière une multitude de bureaux abritant autant d’employés. L’un d’entre eux, Morlin, dont l’intelligence vive n’était pas préparée à cette vie, trouve dans l’analyse scrupuleuse de tout ce qui l’entoure matière à études et abîmes : l’esprit aiguisé à la recherche d’une échappatoire : « …une modification de l’atmosphère l’absorbe...
Erwan Le Bihan
novembre 1995
Le Matricule des Anges n°14
Un subalterne
de François Rosset
Auteur d’un premier roman réussi sur le monde de l’entreprise, François Rosset expose d’infimes mécaniques qui resteraient bien dans l’ombre. Paru à l’automne, Un Subalterne est un roman qui surprend moins par son sujet que par le traitement qu’il lui inflige. Un employé, Morlin, se débat dans l’engrenage d’une grande entreprise, prisonnier des rouages et de la paranoïa croissante qui en résulte. Broyé par ce double mouvement, il s’efface lentement épuisant ses dernières velléités avant de s’évaporer, entité flottante et inconsistante errant dans les couloirs et rebaptisée Sarpy. Si c’est une vague qui engloutit Morlin, ce sont les gouttes d’eau dont elle est composée qui intéressent François Rosset. Comme un virologue, il...
Erwan Le Bihan
février 1996
Le Matricule des Anges n°15