La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Gabriel Chevallier

A propos

Au-delà du réel Dans ce récit sur la Grande Guerre, Gabriel Chevallier lance un réquisitoire contre la bêtise humaine. Un enseignement à méditer. Sans l’expression « c’est Clochemerle », directement issue de son quatrième roman (Clochemerle, 1934) et passée dans le langage courant, Gabriel Chevallier (1895-1969) figurerait au banc des écrivains oubliés. Et pourtant, il a laissé derrière lui une bonne vingtaine de titres, où se mêlent souvenirs et romans, dont La Peur (publié en 1930), un livre résolument « tourné contre la guerre », à laquelle il a participé comme soldat. Ce récit autobiographique, qui reste au plus près de la chronologie des événements, s’ouvre sur l’annonce, en 1914, de la mobilisation générale. L’affaire est...
novembre 2008
Le Matricule des Anges n°98

Ouvrages chroniqués

Mascarade
de Gabriel Chevallier
2010
Après La Peur (Le Dilettante, 2008 ; Le Livre de poche, 2010), ce formidable roman sur la boucherie de 1914, Gabriel Chevallier (1895-1969) nous revient avec cinq récits, ou plutôt cinq portraits hauts en couleur : le colonel Crapouillot, ce « pas-commode » qui a le goût du carnage, qui ne vibre qu’aux coups de canon et aux assauts suicidaires, et qui aime compter les morts, alors que ses gars, animés par « une sorte d’idée fixe, de manie ridicule », ne souhaitent pas mourir, et s’acharnent plutôt à rester en vie ; la tante Zoé, cette vieille fille franchement bigote, qui mourra pour...
novembre 2010
Le Matricule des Anges n°118
La Peur
de Gabriel Chevallier
2002
La Peur est un livre maintes fois rescapé. D’abord parce que son auteur Gabriel Chevallier (1895-1969) a eu la chance de survivre aux tranchées de 1914 jusqu’à 1918 ; ensuite parce qu’il est de ces écrivains à la ramasse dont seuls les chineurs font encore leur quatre heures du Clochemerle ; enfin parce que La Peur (1930) est retourné au feu plus tôt que prévu : la nouvelle édition sitôt imprimée a presque totalement disparu dans la récente brûlerie du hangar des Belles-Lettres. Il en reste une poignée d’exemplaires qu’il faut s’arracher parce que La Peur n’est pas n’importe quel...
Éric Dussert
septembre 2002
Le Matricule des Anges n°40