La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Geoffrey Squires

Ouvrages chroniqués

Sans titre
de Geoffrey Squires
2013
Le minimalisme des Sans titre de Geoffrey Squires pourrait s’apparenter à l’ordre des jardins du Ryoan-ji. Un sublime à ras. Il est des livres qui arrivent à nous comme de véritables grâces. Éloquence mise à part, une telle opération est rare, elle s’applique à de grands livres, ou à des démarches qui se révèlent entre leurs lignes. Sans titre est sans nul doute l’un d’entre eux, il nous vient d’un auteur irlandais, Geoffrey Squires (né en 1942), dont on apprend seulement qu’il aura enseigné dans plusieurs universités de par le monde (Iran, États-Unis, France) et traduit de la poésie française, gaélique et persane. On comprend néanmoins que ce nomadisme a sans doute beaucoup compté dans l’allégement de sa...
Emmanuel Laugier
juillet 2013
Le Matricule des Anges n°145
Poème en trois sections
de Geoffrey Squires
2016
Reprises, recadrages, déplacements, répétitions différées, tels sont les axes que l’écriture de Geoffrey Squires ne cesse d’ajuster dans ses poèmes, y cherchant l’angle juste de leur apparition. La citation de Merleau-Ponty qui ouvre l’opus dit clairement le jeu du monde qu’il entend porter à sa langue comme à sa condition : « Après tout, le monde est autour de moi, non devant moi ». Ce qu’affirme l’auteur du fameux L’Œil et l’Esprit, à partir de cet « après tout… », est une révolution copernicienne de la perception. Celle-ci est secrètement préparée par tout ce qui entoure le sujet. Et...
Emmanuel Laugier
février 2017
Le Matricule des Anges n°180