La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Gil Jouanard

Ouvrages chroniqués

Plutôt que d’en pleurer
de Gil Jouanard
En bus ou en train, Gil Jouanard projette sa tendresse sur les paysages qui passent, sans oublier que c’est nous qui passons dans le temps. On savait Gil Jouanard plus prompt à décrire les paysages qu’à dépeindre le caractère des hommes. Son précédent livre, Plutôt que d’en pleurer (Verdier), restera donc une parenthèse dans une œuvre si prolixe aujourd’hui qu’on se demande si, bientôt, chaque mois n’apportera pas sa livraison régulière « du » Jouanard. On aurait tort de s’en plaindre. D’abord parce que l’écriture de cet amoureux de Follain nous incite fortement à le suivre sur les plateaux de Lozère ou dans les plaines du Lot-et-Garonne, ensuite parce que ses écrits portent en eux le rythme chaloupé des chroniques...
Thierry Guichard
septembre 1996
Le Matricule des Anges n°17
Plutôt que d’en pleurer
de Gil Jouanard
Trente caractères passés au trébuchet constituent une galerie où les modèles comptent moins que leur portrait. Entre égratignage et admiration. En introduction à Plutôt que d’en pleurer, Gil Jouanard légitime ce recueil de courts portraits en invoquant certaines pressions amicales. Homme de lettres et de culture, l’écrivain qui connut et connaît bon nombre de plumitifs (des poètes nationaux aux écrivaillons de sous-préfectures) a la réputation de n’écrire que des poèmes de l’instant ou des proses de paysagiste. Il était donc logique que l’on s’inquiétât de son rechignement à nous dépeindre les hommes. « Alors je (…) fis effort pour accomoder mon regard d’aigle paysager sur ces cibles humaines qui, dès lors, sans se faire prier...
Ulysse Gaillard
novembre 1995
Le Matricule des Anges n°14
L' Envergure du monde
de Gil Jouanard
En bus ou en train, Gil Jouanard projette sa tendresse sur les paysages qui passent, sans oublier que c’est nous qui passons dans le temps. On savait Gil Jouanard plus prompt à décrire les paysages qu’à dépeindre le caractère des hommes. Son précédent livre, Plutôt que d’en pleurer (Verdier), restera donc une parenthèse dans une œuvre si prolixe aujourd’hui qu’on se demande si, bientôt, chaque mois n’apportera pas sa livraison régulière « du » Jouanard. On aurait tort de s’en plaindre. D’abord parce que l’écriture de cet amoureux de Follain nous incite fortement à le suivre sur les plateaux de Lozère ou dans les plaines du Lot-et-Garonne, ensuite parce que ses écrits portent en eux le rythme chaloupé des chroniques...
Thierry Guichard
septembre 1996
Le Matricule des Anges n°17
Marseille en autobus
de Gil Jouanard
En bus ou en train, Gil Jouanard projette sa tendresse sur les paysages qui passent, sans oublier que c’est nous qui passons dans le temps. On savait Gil Jouanard plus prompt à décrire les paysages qu’à dépeindre le caractère des hommes. Son précédent livre, Plutôt que d’en pleurer (Verdier), restera donc une parenthèse dans une œuvre si prolixe aujourd’hui qu’on se demande si, bientôt, chaque mois n’apportera pas sa livraison régulière « du » Jouanard. On aurait tort de s’en plaindre. D’abord parce que l’écriture de cet amoureux de Follain nous incite fortement à le suivre sur les plateaux de Lozère ou dans les plaines du Lot-et-Garonne, ensuite parce que ses écrits portent en eux le rythme chaloupé des chroniques...
Thierry Guichard
septembre 1996
Le Matricule des Anges n°17
Bonjour, monsieur Chardin
de Gil Jouanard
Gil Jouanard n’est pas un homme pressé. Bonjour, monsieur Chardin et Le Goût des choses ou le doux murmure qui défie la valeur marchande du temps. L’écriture de Gil Jouanard impose un autre rythme de lecture que celui auquel notre siècle nous a habitués. Il faudrait, comme un orchestre avant le concert, accorder chaque élément de notre environnement, se faire offrir le silence et la quiétude, avant de se laisser accompagner par les méditations de l’auteur. Si l’on accusait Gil Jouanard de n’être pas de ce temps, l’écrivain aurait sans doute du mal à se défendre. Il lui vaudrait mieux plaider coupable et tenter d’obtenir les circonstances atténuantes. Sa plaidoirie, comme il se doit, ressuciterait l’enfance : « entre ma septième et...
Thierry Guichard
décembre 1994
Le Matricule des Anges n°6
Le Goût des choses
de Gil Jouanard
Gil Jouanard n’est pas un homme pressé. Bonjour, monsieur Chardin et Le Goût des choses ou le doux murmure qui défie la valeur marchande du temps. L’écriture de Gil Jouanard impose un autre rythme de lecture que celui auquel notre siècle nous a habitués. Il faudrait, comme un orchestre avant le concert, accorder chaque élément de notre environnement, se faire offrir le silence et la quiétude, avant de se laisser accompagner par les méditations de l’auteur. Si l’on accusait Gil Jouanard de n’être pas de ce temps, l’écrivain aurait sans doute du mal à se défendre. Il lui vaudrait mieux plaider coupable et tenter d’obtenir les circonstances atténuantes. Sa plaidoirie, comme il se doit, ressuciterait l’enfance : « entre ma septième et...
Thierry Guichard
décembre 1994
Le Matricule des Anges n°6