La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel ‭04 94 80 99 64‬
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Guillevic

Ouvrages chroniqués

Relier : poèmes 1938-1996
de Guillevic
2007
Entre « relier », « lierre » et « relire », c’est toujours le même enjeu que vise la poésie d’Eugène Guillevic : surmonter une altérité radicale. Dix ans après la disparition de l’auteur à l’âge de 90 ans, cette édition substantielle de l’œuvre, munie d’une bibliographie critique, est due à sa femme, Lucie Guillevic-Albertini. Le livre est opulent et tant mieux : on y puise sans l’épuiser, on y goûte longuement, à travers les couches du temps qui l’organisent. La poésie n’est pas le but de la démarche de Guillevic ; elle est son moyen d’être au monde, elle articule la manière qu’a le poète de faire partie de l’univers sans l’excéder, sans s’en absenter, sans s’en démarquer. Car la situation de l’écrivain plongé dans un espace...
Marta Krol
juillet 2007
Le Matricule des Anges n°85
Possibles futurs
de Guillevic
2007
Entre « relier », « lierre » et « relire », c’est toujours le même enjeu que vise la poésie d’Eugène Guillevic : surmonter une altérité radicale. Dix ans après la disparition de l’auteur à l’âge de 90 ans, cette édition substantielle de l’œuvre, munie d’une bibliographie critique, est due à sa femme, Lucie Guillevic-Albertini. Le livre est opulent et tant mieux : on y puise sans l’épuiser, on y goûte longuement, à travers les couches du temps qui l’organisent. La poésie n’est pas le but de la démarche de Guillevic ; elle est son moyen d’être au monde, elle articule la manière qu’a le poète de faire partie de l’univers sans l’excéder, sans s’en absenter, sans s’en démarquer. Car la situation de l’écrivain plongé dans un espace...
Marta Krol
juillet 2007
Le Matricule des Anges n°85