La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Harry Mathews

Ouvrages chroniqués

Ma vie dans la CIA
de Harry Mathews
2005
Dans les années 70, Harry Matthews a semble-t-il dépensé beaucoup d’énergie pour détromper son monde : non, il n’était pas employé par la CIA, comme s’obstinaient à le croire jusqu’à ses proches amis juste un membre américain de l’Oulipo, vivotant le plus clair de son temps à Paris. Et puis, lassé de se débattre en pure perte, il finit par s’adapter à la rumeur. Ma vie dans la CIA narre ainsi comment, en 1973 (Watergate ! Vietnam ! Pinochet !), il entreprit de « jouer à l’espion ». Un jeu qui aurait pris une ampleur conséquente : le voilà livrant de prétendus secrets, roulé dans un tapis,...
Gilles Magniont
mai 2005
Le Matricule des Anges n°63
Le Journaliste
de Harry Mathews
Le nouveau roman d’Harry Mathews montre comment la tenue d’un journal confine au délire monomaniaque et parano. Absurdement oulipien. Sur les bons conseils de sa femme et de son psy, le narrateur décide de tenir son journal pour se remettre d’une dépression. Manière de tirer au clair le quotidien. je peux m’occuper de ma merde, je peux aussi m’occuper de la merde du monde (…) Voilà ce que j’attends d’une prise de notes efficace : plus de temps pour voir, plus de temps pour les autres. Et c’est tout le contraire qui se produit. Au fil des pages, le journaliste, celui qui tient son journal donc, se réfugiera toujours davantage dans ses notes pour se cogner finalement à un dangereux dilemme : « l’écriture ou la vie »....
Maïa Bouteillet
juillet 1997
Le Matricule des Anges n°20