La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Henri-Pierre Jeudy

Ouvrages chroniqués

Nouveau discours amoureux (suivi de) Dialogue avec René Major
de Henri-Pierre Jeudy
2008
Emboîtant récit et soliloque, le « Nouveau discours amoureux » du sociologue Henri-Pierre Jeudy recense les modulations d’un trio sentimental. Que peut-il advenir du « Je t’aime » - ce mot de la fusion maternelle et amoureuse - quand aimer se dédouble ? Quelle promesse cette expression, à la fois banale et sublime, recèle-t-elle lorsqu’un sujet désirant l’énonce alternativement à deux êtres distincts ? À quelle certitude, fût-elle illusoire, ce « je », qui « se trouve en équilibre instable comme s’il risquait de se perdre », peut-il s’arrimer ? Tel est l’écart émotionnel dans l’espace duquel les trois funambules du Nouveau discours amoureux lévitent, non sans grâce et pudeur. Un homme contemple le « ciel encore sombre » et se...
Jérôme Goude
juillet 2008
Le Matricule des Anges n°95
Aligato
de Henri-Pierre Jeudy
Exilé à Kyoto, l’homme qui mène ce récit est souvent immobile, dans la position du guetteur, aveuglé d’images. On ne sait quel deuil il porte, mais il pratique le culte des morts, la nuit tombée. De sa chambre d’hôtel avec vue sur le cimetière, son être semble coupé du réel, puisant jusqu’au vertige dans d’improbables évocations de proches aimés sa douloureuse appartenance au monde. « Je ne parviendrai jamais à vaincre cette peur de la mort qui m’étouffe chaque fois que je tente de me ré-approprier le temps qui passe. » Réflexion sur la perception, le corps et le temps, ce récit étrange...
Philippe Savary
août 1999
Le Matricule des Anges n°27