La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Hugo Hamilton

Ouvrages chroniqués

Comme personne
de Hugo Hamilton
2009
C’est l’histoire d’une usurpation - d’un mensonge aux conséquences désastreuses. Le récit débute à Berlin pendant la Seconde Guerre mondiale. Si Maria survit aux bombardements, il n’y a pourtant en elle que la béance d’une existence arrachée trop tôt à la vie : celle de son fils. « On la retrouva dans un lit de plâtre, sous une couverture de longerons et de solives enchevêtrés. Quand elle revint à elle (…) il manquait l’arrière de l’immeuble. L’enfant avait disparu. » On l’a compris, le thème du deuil est omniprésent durant la première partie du récit. Sur la route qui la mène à...
Benoît Legemble
février 2010
Le Matricule des Anges n°110
Sang impur
de Hugo Hamilton
2004
Hugo Hamilton met en scène l’histoire d’une famille à deux cultures dans le Dublin des années 50-60. Un texte lumineux et sensible. Sang impur est bien plus que le récit d’une enfance. Il impose d’emblée au lecteur de suivre le regard même de l’enfant. Le texte se charge dès les premières pages d’un grand dépouillement et d’une terrible fragilité, celle de la bougie que deux doigts suffisent à éteindre. L’enfant est une page blanche. Vierge face aux désastres, il n’accepte pas l’incompréhensible et s’y heurte chaque fois de plein fouet. Aucun compromis possible. L’intensité du regard, voilà ce qui rapprocherait Hugo Hamilton du Louis Calaferte de Portrait de l’enfant ou, plus près de nous, du Dominique Fabre de Ma...
Benoît Broyart
septembre 2004
Le Matricule des Anges n°56