La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Ivan Gontcharov

A propos

L'homme couché Chef-d’œuvre d’Ivan Gontcharov (1812-1891), Oblomov met en scène un désabusé qui préfère le repos à l’action. Entre farce et cas clinique. Autant qu’un roman (de mœurs, russe, réaliste, satirique, et admirablement ficelé), Oblomov est un portrait, haut en couleur, du héros éponyme Ilia Ilitch Oblomov, et de sa maladie. Quelle maladie ? L’oblomovtchina, autrement dit l’oblomovisme, ce mélange subtil d’apathie, de léthargie, d’inertie, d’engourdissement, de rêverie inactive, de renoncement à la vie et d’horreur du travail. C’est en robe de chambre que l’on découvre Oblomov, au lit, là où selon lui l’homme peut garder sa dignité. Que l’on ne s’y trompe pas, Oblomov n’a rien d’une loque : redoutant d’être châtié par son...
juillet 2007
Le Matricule des Anges n°85

Ouvrage chroniqué

Nymphodora Ivanovna
de Ivan Gontcharov
Les éditions Circé s’obstinent depuis plusieurs années avec une admirable constance et quelque succès à prouver qu’Ivan Gontcharov (1812-1891) ne fut pas l’auteur d’un seul livre, le célèbre Oblomov -d’où dérive l’oblomovisme, ce mélange de langueur et d’immobilisme en quoi Lénine diagnostiqua le mal russe par excellence. Après La Terrible Maladie, Le Mois de mai à Saint Pétersbourg et Une histoire ordinaire, paraît aujourd’hui une brève œuvre de jeunesse récemment redécouverte, manière de nouvelle policière avant la lettre largement frottée d’auto-ironie. De fait, Nymphodora Ivanovna...
Eric Naulleau
janvier 2000
Le Matricule des Anges n°29