La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean-Claude Caër

Ouvrages chroniqués

Devant la mer d’Okhotsk
de Jean-Claude Caër
2018
Le troisième opus de Jean-Claude Caër file vers l’empire des signes, rêve d’une mère disparue, parmi toute une nasse de réalités multiples et fuyantes. Dans La Ballade de Narayama, la tradition ubasute pratiquée dans les provinces centrales de Shinano veut que leurs habitants, une fois atteint l’âge de 70 ans, se rendent, aidés par un fils, dans la montagne de Narayama pour y mourir. Jean-Claude Caër, dans son nouveau livre Devant la mer d’Okhotsk, fait un peu le même trajet : il se rendit sur l’île d’Hokkaido pour y faire mourir en lui sa propre mère, c’est-à-dire l’accompagner vraiment au pays des morts, comme le fils du film d’Imamura eut à le faire. Cette coutume ancestrale n’est pas celle de Caër, mais son geste l’affleure et la...
Emmanuel Laugier
novembre 2018
Le Matricule des Anges n°198
Alaska
de Jean-Claude Caër
2016
C’est sur le territoire de l’Amérique russe, comme on appelait l’Alaska au XIXe siècle, que Jean-Claude Caër se rend. Le saut dans un temps pur d’altération s’apparente ici à un plongeon en apnée vers une autre rive, ou vers ces « îles de la frontière entre les mondes » que signalaient les mots de Haida Gwaii (à quoi son livre précédent se destinait). Parti « pour Anchorage sous l’œil morne / Des ours et des grizzlis  », Caër y trouve des rues larges où les pauvres patientent sous les abribus et que seuls des 4x4 rutilants parcourent. Quelques rêveries ethnographiques, la lecture de...
Emmanuel Laugier
avril 2016
Le Matricule des Anges n°172