La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean-Jacques Salgon

A propos

Errance fraternelle Jean-Jacques Salgon sur les traces de Jean-Michel Basquiat : quand loin de la jouissance fugitive, l’œuvre d’art reconduit à soi et à ce qui ressemble à de micro-sociétés secrètes et parallèles. Ni anatomie d’une âme, ni analyse esthétique, Le Roi des Zoulous relève des affinités électives et du mystérieux pouvoir de l’œuvre d’art. Car, a priori, rien ne destinait Jean-Jacques Salgon à se reconnaître dans l’œuvre du peintre noir Jean-Michel Basquiat, retrouvé mort dans son loft, à 27 ans, sans doute d’une overdose, au terme de huit ans « de griserie, d’amours, d’angoisses, de périls et de lutte acharnée » au cours desquels il avait produit huit cents tableaux et près de deux mille dessins. Mais ce serait oublier la force de l’émotion, l’élan qu’elle implique vers ce qui la...
mai 2008
Le Matricule des Anges n°93

Ouvrages chroniqués

Obock
de Jean-Jacques Salgon
2018
C’est avec la curiosité du pèlerin, qui, contrairement aux missionnaires, voyage « pour aller visiter ce qui n’existait plus », que l’écrivain Jean-Jacques Salgon a eu la facétieuse idée, il y a deux ans, de partir du côté de la mer Rouge, sur les traces d’Arthur Rimbaud et de Paul Soleillet. Lequel, pour vous et moi, demeure un parfait inconnu, nous sommes d’accord. Sauf qu’à l’époque où les deux hommes se sont croisés, à la fin du XIXe siècle, le personnage obscur n’était pas Soleillet, natif de Nîmes, explorateur prisé des sociétés de géographie et champion de l’import-export colonial,...
Catherine Simon
février 2018
Le Matricule des Anges n°190
Parade sauvage
de Jean-Jacques Salgon
2016
J’entre dans la caverne. Je n’ai ni lampe, ni torche. Le noir est total, sans outre-noir. On n’y voit rien.  » Ainsi commence le dernier opus de Jean-Jacques Salgon : dans une pleine obscurité. L’antre obscur, c’est la grotte Chauvet que l’auteur a eu la chance de visiter deux heures durant, un matin d’août 2004, moment qui tient pour lui du «  rêve éveillé et (de) l’éclat d’une grâce  ». Néanmoins, Parade sauvage renonce au récit des 120 précieuses minutes à l’intérieur de la grotte, désormais interdite au public, pour privilégier la manière dont ces minutes infusent et se perdent dans...
Emmanuel Laugier
avril 2016
Le Matricule des Anges n°172