La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean-Luc Peurot

Ouvrages chroniqués

Laure, que le désir encerne
de Jean-Luc Peurot
2020
Orchestration baroque de la sainte fleur du désir, la rhétorique impertinente de Jean-Luc Peurot règle des fascinations, rythme des durées, décline et dénude le nom et le corps de Laure. Personne, ou presque, ne le sait mais Jean-Luc Peurot est l’un des rares et des plus inspirés quêteurs du royaume des sortilèges amoureux. Auteur de six recueils de poésie et de deux remarquables essais – Tombeau du marquis de Sade (Champion, 2012) et La Nuit de Charles B*** : Sade, Lely, Baudelaire (Champion, 2014) –, il nous donne aujourd’hui, avec Laure, que le désir encerne, une suite de cent quatre poèmes formant des cycles en arabesque autour de la femme, de son corps et de ses ouvertures qui sont autant de points de cristallisation et de condensation du désir. Ce désir, il est un...
octobre 2020
Le Matricule des Anges n°217
Le Corridor
de Jean-Luc Peurot
Faisant suite à L’Engramme (La Main Courante, 1993), qui doit en être considéré comme le prélude, Le Corridor est un recueil de poèmes, de postures et de notations. Après les premières pages, marquées par une raréfaction des signes au profit du blanc, le vers cède soudain les pages impaires à la prose et à une torride séquence érotique. Mais du vers à la prose, curieusement, la langue ne varie guère, véhiculant une poésie bien écrite, un lexique qui sent trop le dictionnaire poétique (iridescence, pertuis, suaires), un bon lot de latinismes rehaussés d’italique, et quelques fantaisies...
Didier Garcia
janvier 1999
Le Matricule des Anges n°25