La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Joao Ubaldo Ribeiro

Ouvrages chroniqués

Sergent Getulio
de Joao Ubaldo Ribeiro
2004
Sergent Getúlio, du Brésilien João Ubaldo Ribeiro (1941-2014), présente une singulière odyssée, aussi bien géographique que verbale. Comme s’il redoutait que le lecteur se fourvoie, l’auteur a pris soin de lui laisser ce préambule lapidaire : « Dans cette histoire le sergent Getúlio conduit un prisonnier de Paulo Alfonso à Barra dos Coqueiros. » Nous voici donc installés dans le Nordeste du Brésil. Un Brésil dépourvu de tout exotisme, avec seulement « plantes et femmes nuisibles, possibilitant des plaies ; bestioles sournoises, fourmis, scorpions, tiques, faut voir ». Qui pire est, en ce début des années 1950 (sur fond de campagne électorale) : gangrené par la violence et la corruption. C’est d’ailleurs un prisonnier...
Didier Garcia
février 2020
Le Matricule des Anges n°210
Ô luxure
de Joao Ubaldo Ribeiro
2004
Avoir la langue bien pendue, l’expression est justement employée quand on l’applique à l’héroïne de Ribeiro, Brésilienne de 68 ans ayant conservé ses charmes et décidée à conter, par le menu, les nombreux épisodes de sa vie sexuelle débridée. Nous sommes ici dans l’univers du roman, de la fantasmagorie, non dans celui d’une autofiction qui voudrait nous faire croire à la véracité d’un témoignage ; ceci même si une note préliminaire de l’auteur le dément, affirmant qu’il s’agit d’une bande enregistrée puis confiée à l’écrivain. La narration progresse ici débarrassée de tout tabou. João...
Benoît Broyart
avril 2004
Le Matricule des Anges n°52