La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Joël Vernet

A propos

La lumière dans les arbres À toutes celles, tous ceux qui savent que rien n’est jamais irréversible. Car l’histoire n’est la propriété de personne. Depuis des mois, dès le soleil sur le jardin, je regarde s’écouler le temps. Il y a un carnet sur la table, quelques objets, des jouets d’enfants, un livre aux reins brisés, aux pages essuyées par les pluies, la main du vent qui efface nos rêveries, plaisante sur nos songes diffus. Le ciel est d’un tel éclat que sa lumière touche la terre et c’est sur cette très mince frontière que la main trace des mots dans le jour. Nous sommes sans projet mais cette absence est loin d’être une obsession. Nous ne voulons rien, n’exigeons rien. Est-ce cela l’ambition de l’attente ? Et qui attendre ?...
juin 2004
Le Matricule des Anges n°54

Une aventure de pauvre

Des livres comme autant de viatiques pour rencontrer la vie : Joël Vernet écrit entre humilité et émerveillement. De voyage en contemplation, l’auteur avance au rythme de son souffle, avec le souci d’un authentique abandon. « Au fond, je pars avec ma besace à la manière d’un vagabond, d’un colporteur et je ramasse tout ce que l’on jette, transformant ces rebuts en trésors. » Chaque livre...
mai 2003
Le Matricule des Anges n°44

Ouvrages chroniqués

La Nuit n’éteint jamais nos songes
de Joël Vernet
2021
Joël Vernet nous offre quelques pages du livre de sa vie. Son récit n’élude ni la quête intérieure ni la soif de lumière qui n’ont jamais cessé d’être. Dès son premier livre en 1988, intitulé Lettre de Gao, Joël Vernet s’est engagé sur la voie d’une recherche toute singulière et personnelle. Si le voyage représente cet élan qui porte à la découverte, il peut aussi bien prendre une tout autre direction. Joël Vernet se sera également tourné vers l’écriture de sa vie intérieure. La Nuit n’éteint jamais nos songes rassemble ainsi les feuillets d’une vie devenue livre. Le lecteur ne trouvera là aucune leçon de vérité, mais l’intuition d’un homme qui depuis l’enfance traverse « les nuits une torche à la main ». L’auteur évoque l’éveil de sa...
Emmanuelle Rodrigues
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224
L' Ermite & le Vagabond
de Joël Vernet
2010
Une œuvre inclassable et scandaleusement païenne : c’est à François Augiéras que Joël Vernet dit sa dette et son admiration. Affamé d’absolu qui n’aura cessé de cultiver sa radicale différence, François Augiéras aura vécu dans un temps qui n’est tout à fait le nôtre. Marginal farouche se réclamant de l’art des premières civilisations, ses livres comme sa peinture sont le reflet d’une vie aussi singulière que romanesque. Frère en dérive d’un Vincent la Soudière ou d’un Christian Guez Ricord, sorte de Rimbaud withmanien, Augiéras est né en 1925, à Rochester, aux états-Unis, deux mois après la mort de son père, musicien de renom. Sa mère ayant décidé de rentrer en France avec lui, ils vivront d’abord à...
Richard Blin
octobre 2010
Le Matricule des Anges n°117
Le Regard du coeur ouvert : Des carnets 1978-2002
de Joël Vernet
2009
Le Journal qu’a tenu Joël Vernet de 1978 à 2002 est intermittent plutôt que quotidien, et sans anecdote. Il s’agit plutôt, à la façon d’un Charles Juliet auquel ces carnets font penser, d’une écriture qui réfléchit l’existence et la sonde. Les notations simples mais très écrites (voire réécrites, comme il s’en explique en introduction), relevant de l’aphorisme, sont souvent proches d’un pessimisme absolu, « la vie est une nuit où les lampes s’éteignent peu à peu ». Elles sont aussi éclairées par des fulgurances poétiques (« les feuillages dansent sur les palais défunts »),...
Delphine Descaves
juillet 2009
Le Matricule des Anges n°105