La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Julie Otsuka

Ouvrages chroniqués

La Ligne de nage
de Julie Otsuka
2022
Deux livres en un : c’est l’impression, étonnante mais pas déplaisante, que nous laisse la lecture de La Ligne de nage, troisième roman de l’Américaine d’origine japonaise Julie Otsuka, après les très remarqués Quand l’empereur était un dieu et surtout Certaines n’avaient jamais vu la mer qui a décroché le Femina étranger en 2012. Il y a en effet deux temps dans ce livre qui se déroule outre-Atlantique : celui qui nous plonge dans l’univers ouaté d’une piscine en sous-sol et celui qui se focalise sur la vie de la retraitée Alice, l’une des nageuses habituée à faire des « allers-retours au...
Anthony Dufraisse
septembre 2022
Le Matricule des Anges n°236
Certaines n’avaient jamais vu la mer
de Julie Otsuka
C’est un épisode tout à fait méconnu de l’histoire américaine que nous révèle Julie Otsuka. Au début du XXe siècle, un petit peuple de jeunes filles japonaises traverse l’océan dans des conditions désastreuses pour trouver un époux blanc, parmi les fermiers de l’Ouest en manque de compagnes. Loin d’être ravis par leur exotisme, les hommes n’ont guère pitié de ces créatures déculturées. Ils leur procurent des nuits de noces sacrificielles, le plus souvent dignes de brutes, et pendant la plupart de leurs existences, le mépris, les durs travaux fermiers. Après que leurs enfants ont oublié le...
Thierry Guinhut
novembre 2012
Le Matricule des Anges n°138