La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Ladislav Klima

A propos

Le néant du monde "Le Grand Roman" de l’iconoclaste Ladislav Klíma met en scène, sur fond de brigandage et de dérives sexuelles, les obsessions d’un auteur fasciné par la féerie du réel. Entre somme romanesque et bilan philosophique. Écrivain et philosophe tchèque, capable d’écrire aussi bien dans sa langue qu’en allemand ou en latin, Ladislav Klíma naît en 1878 en Bohême occidentale. Très vite, il se laisse à mépriser sa famille, probablement pour sa trop grande proximité affective, et à seize ans il se voit expulsé des établissements d’enseignement pour avoir fustigé, dans une dissertation, la dynastie alors au pouvoir dans le royaume de Bohême. Il vivra tour à tour d’expédients et de la rente que lui laisse son père à son décès (jusqu’en 1912, date à laquelle l’héritage est dilapidé), passant son temps à écrire,...
mai 2003
Le Matricule des Anges n°44

Ouvrages chroniqués

Les Souffrances du prince Sternenhoch
de Ladislav Klima
2012
Dans une lettre adressée à son ami Alois Fiedler, Ladislav Klíma (1878-1928) reconnaissait que ce récit serait « la chose la plus captivante et la plus amusante » de tout ce qu’il avait écrit s’il était retravaillé… Quoi qu’il en soit de son état d’achèvement, ce « roman grotesque » (puisque tel est son sous-titre), publié quelques semaines à peine après la mort de l’écrivain tchèque, est loin de valoir Le Grand Roman, considéré comme le joyau de son œuvre romanesque. À la mort du prince Sternenhoch, le narrateur récupère une partie de son journal intime, qu’il se charge d’offrir en...
Didier Garcia
novembre 2012
Le Matricule des Anges n°138
Le Grand Roman
de Ladislav Klima
Philosophe de tendance « désaxée », Ladislav Klíma (1878-1928) occupe dans la littérature mondiale une place bien à lui. Pour planter le décor, souvenons-nous que Klíma est l’auteur d’un essai, Le Monde comme Conscience et comme Rien. Inspiré par Schopenhauer et Nietzsche, il produisait là un « précis d’indifférence nihilisto-illusionniste ». L’accueil du livre le déçut mais Klíma poursuivit avec, entre 1908 et 1910, Le Roman tchèque, un vaste patchwork inachevé mais tonitruant de scènes d’un réalisme cruellement drôle ou scatologique et d’envolées philosophiques. Tout rappelle la vie...
Éric Dussert
février 2020
Le Matricule des Anges n°210
Le Monde comme conscience et comme rien
de Ladislav Klima
A quoi sert la philosophie, la morale, les sciences ? A rien, sinon à jouer selon Klima, un dingue de la provoc qui entreprend de répondre à Schopenhauer. Au Panthéon des écrivains infréquentables, il serait injuste de ne pas concéder une petite place à Ladislav Klima. Ce romancier, philosophe et journaliste aura trop longtemps pris malin plaisir à enfiler le rôle du vilain canard, affolant les convictions établies et barbouillant d’immondices les sacrosaintes règles du jeu social pour lui refuser sa condition d’hérétique universel. Sceptique amer, solipsiste convaincu, nihiliste aux allures de brigand, ce Tchèque né en 1878 et mort cinquante ans plus tard de la tuberculose aura composé à l’attention de l’humanité une œuvre toute de...
Philippe Savary
juin 1995
Le Matricule des Anges n°12