La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Leonid Grossman

Ouvrages chroniqués

Dostoïevski
de Leonid Grossman
Longtemps censurée en URSS, la biographie de Dostoïevski par Leonid Grossman a ce mérite : approcher le mystère d’un homme créateur plus fascinant que ses créatures. On put éprouver, ces dernières années, quelque défiance envers la validité de la démarche biographique : nouvel avatar de la méthode de Sainte-Beuve, la biographie « à l’américaine » put, parfois, étouffer notre curiosité et notre conscience critique, sous l’amas de détails anodins ou artificiellement gonflés -quand il ne s’agissait pas de ragots de jaloux ou de la vengeance d’une épouse délaissée ! Certaines réussites, pourtant, réveillaient notre appétit : Dostoïevski, les années miraculeuses, de Joseph Frank (1998, Solin/Actes Sud) ou, dans la même collection, le fascinant Rilke de...
Thierry Cecille
mars 2003
Le Matricule des Anges n°43
Mémoires de d’Archiac
de Leonid Grossman
Brillant tableau de la société pétersbourgeoise, le roman de Grossman évoque le tragique destin du poète, assassiné par ses « ennemis invisibles ». L’affaire est entendue : Alexandre Pouchkine a péri de la main de Georges d’Anthès. Ce jeune officier français de la garde pétersbourgeoise, idolâtré des femmes et fine gachette, avait eu la frivole idée de s’amouracher de Nathalie, l’adorable épouse du poète. Le duel de janvier 1837 ne serait donc que l’épilogue absurde d’un mari jaloux et fougueux. À moins qu’il ne s’agisse d’une exécution finement orchestrée par une coterie politique, le tsar Nicolas Ier en tête ? Aristocrate éclairé, épris d’une farouche liberté, Pouchkine « composait des hymnes à tous les poignards révolutionnaires...
Philippe Savary
octobre 1999
Le Matricule des Anges n°28