La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Lionel Spycher

Ouvrages chroniqués

9 mm
de Lionel Spycher
La première pièce de Lionel Spycher, Pit-bull, met sur le devant de la scène des « jetables » : des gens « sans but, sans histoire, sans avenir, avec juste un peu de poésie pour que ceux qui se jettent (du haut d’un immeuble, ndlr) ne meurent pas vraiment mais s’envolent ». 9 mm pourrait être un deuxième volet sur cette obsession de la chute. Mais cette fois-ci, le seul à se jeter d’une fenêtre, pour toujours voler comme Superman dont il a piqué le déguisement dans une moyenne surface, c’est un gamin. Les autres, les adultes ont « les pieds sur la terre et les dents serrées. » Et ils...
Laurence Cazaux
septembre 2000
Le Matricule des Anges n°32
Pit-bull
de Lionel Spycher
1998
La banlieue, les cités, la drogue, l’intégrisme, la délinquance, la police, tel est le décor choisi par Lionel Spycher. Ce jeune auteur de 27 ans, régisseur général et éclairagiste entre autres sur des spectacles de Joël Jouanneau ou d’Enzo Cormann, livre là sa première pièce. Il la place sous le signe du sommeil, « frère de la mort » et de la musique. Tous ses personnages dorment ou rêvent la plupart du temps, pour échapper au réel. Aucun ne parvient véritablement à communiquer, poursuivi par ses obsessions : un combat armé au nom de Dieu, des combats de chiens dans des caves, le sexe,...
Laurence Cazaux
janvier 1999
Le Matricule des Anges n°25