La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Lucienne Peiry

Ouvrages chroniqués

Le Livre de pierre
de Lucienne Peiry
2020
Phénomène singulier de mutisme créateur que l’œuvre murale qu’a déployée Fernando Nannetti, pendant neuf ans, sur 70 mètres d’un mur de l’asile-prison de Volterra (Toscane). Cet électricien italien, né en 1927, fut arrêté en 1956 pour outrage à agent de la fonction publique avant d’être condamné à la réclusion. Pour échapper à la promiscuité permanente et au climat de bagarres et de délires régnant parmi les 4000 patients de l’institution, il va se retrancher dans un silence total et, dans un geste provocateur, utiliser la façade de l’hôpital comme support d’expression à son monologue...
Richard Blin
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213
Bobines d’art brut
de Lucienne Peiry
2002
S’il disait n’aimer ni les enfants ni leurs dessins, Jean Dubuffet s’en inspirera néanmoins pour créer. Voulant devenir « l’homme du commun du plus bas étage », ce fils de négociant, bourgeois et cultivé, s’intéressera aussi aux peintures populaires, ces « peintures idiotes, dessus de portes, décors, toiles de saltimbanques… » qu’affectionnait déjà Rimbaud. Mais la révélation sera pour lui la découverte, lors d’un voyage en Suisse en 1945, des travaux singuliers de malades mentaux et de marginaux auxquels il donnera le nom d’Art brut. L’artiste n’aura de cesse dès lors de collecter les...
Thierry Guichard
septembre 2002
Le Matricule des Anges n°40