La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Ludmila Petrouchevskaïa

Ouvrages chroniqués

Les Nouveaux Robinsons
de Ludmila Petrouchevskaïa
2013
Contes de fées et de sorcières ? Nouvelles fantastiques ? Cauchemars kafkaïens ? Ces seize courts récits de Ludmila Petrouchevskaïa laissent le lecteur dubitatif – mais charmé, envoûté presque. On croit tout d’abord être en territoire connu : un appartement communautaire de l’ère soviétique, avec ses jalousies et ses ragots, une isba perdue aux confins de la civilisation, sous la neige traîtresse, une mère craignant pour son fils le service militaire et les sévices qu’il devra y endurer… Nous avons lu tout cela déjà ailleurs et croyons savoir de quoi il retourne – mais très vite, au...
janvier 2014
Le Matricule des Anges n°149
La Nuit m’appartient
de Ludmila Petrouchevskaïa
Si la famille que nous présente Ludmila Petrouchevskaïa reproduit en son sein le chaos de la Russie actuelle, l’Occident a de quoi s’inquiéter. Cris, injures, hurlements, larmes : le premier roman traduit en français de la Russe Ludmila Petrouchevskaïa est une bourrasque de bruits et de fureurs. La narratrice de La Nuit m’appartient est plus proche de la langue de vipère que de la poétesse. C’est pourtant, dit-elle, la poésie qui lui tient lieu de profession et qui lui rapporte annuellement quelques dizaines de roubles et la fierté de son titre lorsqu’elle s’adresse aux passagers d’un bus, ou à une infirmière d’hôpital psychiatrique. Son autre fierté à Anna, c’est d’avoir un nom presqu’identique à la grande femme de lettre Anna...
Thierry Guichard
décembre 1994
Le Matricule des Anges n°6