La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Ludwig Hohl

Ouvrages chroniqués

Le Tournant étrange
de Ludwig Hohl
2020
Déchéance et mort d’un peintre alcoolique. Voilà pour l’histoire. Mais d’abord il y a la couverture, un dessin de Frédéric Pajak, noir et blanc – noir surtout – comme une évidence. L’auteur du Manifeste incertain a trop fait pour nommer les membres de sa tribu pour qu’on ne sache d’avance que Ludwig Hohl y a toute sa place, parmi les suicidaires et les mélancoliques passants de l’existence. Car s’il ne fut lui-même ni peintre ni suicidé, Ludwig Hohl (1904-1980) connut assez bien cette bohème montparno dont il fait le cadre de sa descente aux enfers pour que ce récit d’un naufrage puisse...
Yann Fastier
janvier 2021
Le Matricule des Anges n°219
Ascension Illustration(s) de Martin tom Dieck
de Ludwig Hohl
2007
Il faut lire la très belle réédition d’« Ascension », le chef-d’œuvre de l’écrivain suisse de langue allemande Ludwig Hohl (1904-1980), une parabole étincelante sur la quête de perfection. Pour un néophyte, c’est toujours, semble-t-il, une contrainte démoniaque qui pousse l’alpiniste à aller de l’avant, toujours plus loin, en hauteur, donnant d’ailleurs aussitôt à ce genre d’existence obstinément tendue vers un but imprenable, un tragique inouï. « Ainsi celui qui monte ne s’arrête jamais, allant de commencement en commencement par des commencements qui n’ont pas de fin » écrivait Ludwig Hohl, lui-même alpiniste, dans ses Notes ou de la réconciliation non prématurée (L’Age d’homme, 1981). Dans Ascension, un petit récit tardif, il nous fait pénétrer dans ce paysage héroïque,...
Sophie Deltin
février 2008
Le Matricule des Anges n°90