La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Marc Biancarelli

A propos

De la Corse, vers l'universel Né corse jusqu’en la manière de jouer des poings, Marc Biancarelli n’a eu de cesse de revendiquer une place dans la modernité pour sa langue insulaire. Née corse aussi, son œuvre a trouvé dans le français le moyen d’atteindre tous les horizons. On peut naître corse sans être né dans l’Île de beauté ; exilé, avant même d’avoir été mis au monde, par le destin ou l’engagement familial. C’est le cas de Marc Biancarelli qui signe Marcu Biancarelli les textes qu’il rédige dans la langue insulaire. Marc (ou Marcu donc) voit le jour en Algérie où ses parents enseignent depuis dix ans sans que la décolonisation n’ait interrompu ce qui chez eux semble un engagement. « Mon père, communiste, s’était mis du côté de l’indépendance algérienne. » Il est directeur d’école et reste donc avec sa femme et trois fils qui ont 7, 6 et 2 ans quand naît...
février 2018
Le Matricule des Anges n°190

Polyphonies de l’abîme

Commencée en Corse sur le territoire corse, l’œuvre de Biancarelli a trouvé la voie de l’universel sans perdre le lien à l’intime. Et atteint de lumineux crépuscules. Rencontré quelques fois lors d’un festival, une soirée littéraire, on n’avait échangé que peu de mots avec l’auteur d’Orphelins de Dieu. Parler et se livrer semblaient être pour lui des exercices contre nature. Au seuil de l’interroger, on redoutait le mutisme. Les vents violents de janvier ont un temps éloigné plus encore la Corse du continent. Dès lors, l’entretien oral ne pouvait se faire...
février 2018
Le Matricule des Anges n°190

Peindre l’enfer

Écrit comme un opéra, agencé comme un tableau, le nouveau roman de marc Biancarelli évoque une île devenue le lieu d’un massacre. Et nous plonge au cœur des ténèbres. C’est sa première traversée, ce sera sa dernière. Affrété par la très puissante Compagnie néerlandaise des Indes Orientales, la VOC, le Batavia est un retourschip censé atteindre le comptoir éponyme, Batavia, aujourd’hui Djakarta (Indonésie). Parti en octobre 1628, le trois-mâts approche de l’Australie en ce 4 juin 1629. Depuis Le Cap, il vogue seul, avec à son bord une jolie fortune que...
février 2018
Le Matricule des Anges n°190

Ouvrage chroniqué

Saint Jean à Patmos
de Marc Biancarelli
L’écrivain corse Marcu Biancarelli publie un deuxième recueil de nouvelles dont la lucidité et la gravité révèlent avec force l’horreur et les misères de l’homme. Pourquoi l’homme est-il maudit ? Du fait de son humanité même, par tout ce qu’elle trimballe d’à-peu-près, de désirs inassouvis, de velléités, de trahison, de cruauté et d’inadaptation. Voilà ce que nous assènent, péremptoires, les sept nouvelles bilingues de Marcu Biancarelli. Trois d’entre elles évoquent l’horreur de la guerre et le problème de la responsabilité ; deux, l’enfermement, la torture ; une, le suicide de Stefan Zweig, alors qu’une autre à l’humour noir des plus sarcastiques semble exécuter un magistral bras d’honneur aux coutumes et traditions ancestrales. Éponyme, la...
Dominique Aussenac
décembre 2001
Le Matricule des Anges n°37