La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Maryline Desbiolles

A propos

Nomadisme chromatique Troublante esquisse d’une rencontre entre un artiste atypique, son œuvre, et une femme qui écrit, « Les Draps du peintre » de Maryline Desbiolles éclaire les moindres soubresauts, les plus infimes écarts, de l’abandon créateur. C’est l’été, une femme promène son regard, tantôt sur la photocopie d’un tableau de François Clouet représentant Élisabeth d’Autriche, tantôt sur un curieux « ensemble de douze carrés de papier » qui sont comme « trempés à moitié dans un bain de bleu ». Dans le dédale du Louvre, est-ce l’austère collerette de la reine Élisabeth, sa texture, qui fascina tant celui qui, d’ « un geste hâtif, hasardeux », composa Carrés collés (1969) ou Palissade bleue-rouge (1974) ? Ce « peintre en situation irrégulière », que le livre de Maryline Desbiolles ne nomme jamais, fut une figure du mouvement...
mai 2008
Le Matricule des Anges n°93

Ouvrages chroniqués

Ceux qui reviennent
de Maryline Desbiolles
2014
Maryline Desbiolles a connu un tournant dans son parcours littéraire. À partir de son roman Primo (2005), elle a changé de paradigme : « Je n’invente plus rien. Je me sers des matériaux que j’ai sous la main, histoires familiales, du voisinage ou de la banlieue à quelques kilomètres de chez moi » (entretien avec Jean Birnbaum du Monde). Ceux qui reviennent n’échappe pas à cette profession de foi. En parcourant le cimetière d’Ugine (Savoie) et les collines alentour, elle se plonge dans son passé familial, mais aussi dans l’histoire d’une région traumatisée par l’Histoire. « Aller à Ugine,...
Franck Mannoni
mars 2014
Le Matricule des Anges n°151
La Scène
de Maryline Desbiolles
2010
En appliquant la théorie des ensembles à une représentation transversale de l’hospitalité, Maryline Desbiolles sert un buffet de correspondances incarnées. À la faveur d’un dîner, de la proximité d’un mathématicien, la narratrice de La Scène se rappelle au souvenir d’un jeune professeur de collège, « ardent chevalier » qui, fort de l’enthousiasme de ses élèves, enseigna la théorie des ensembles de Georg Cantor. E majuscule, cercle barré, arche, grand ou petit œuf, auge et accolades, toute une palette de figures et de symboles réimprime le désir de regrouper des éléments communs, de procéder à des intersections, des inclusions. La table - qu’elle soit périlleuse, en bois de cerisier, en formica rouge, de mariage ou de fortune -, cernée par...
Jérôme Goude
février 2010
Le Matricule des Anges n°110
Aizan
de Maryline Desbiolles
2007
À travers le quotidien d’une jeune héroïne tchétchène, Maryline Desbiolles met en lumière les vies précaires des habitants d’une banlieue de Nice. Entre fiction et actualité, ce roman de Maryline Desbiolles fait voir et entendre les « taiseux », les miséreux, cette masse silencieuse résignée à sa grande douleur, retranchée derrière sa « honte ». Pas de grands discours, pas de fracas, non, une simple histoire allégorique qui traduit bien le retranchement dans lequel vit cette population fragile trop vite délaissée de cette banlieue niçoise chère à l’auteur. La langue est souple, déliée, poétique même, rendant compte de situations inextricables sans jamais flirter avec le pathétique. Maryline Desbiolles fait entrer le lecteur par la...
Malika Person
novembre 2006
Le Matricule des Anges n°78
Anchise
de Maryline Desbiolles
Maryline Desbiolles retrace l’existence figée de vieillards oubliés de tous, prisonniers de leur propre mémoire. Dans la chaleur vacante. On se souvient de l’excellent ouvrage La Seiche, paru l’an dernier. Maryline Desbiolles nous propose à présent une rencontre à la croisée des destins. Son style, de plus en plus vif et précis, lui permet d’affırmer ses talents descriptifs, tout en brossant un tableau intimiste d’une grande acuité. C’est en rase campagne niçoise qu’elle nous emmène, dans cette « vaste étendue de pays découvert mais fermé comme une huître ». Là où la chaleur sait être accablante, là où la lumière est trop blanche, et la désolation absolue. Construit en courts chapitres, nommés par des expressions relatives...
Nathalie Dalain
août 1999
Le Matricule des Anges n°27
La Seiche
de Maryline Desbiolles
1998
Les mots de la cuisine disent autre chose que ce qu’ils disent." C’est ce que prouve le roman de Maryline Desbiolles, auteur entre autres d’Une femme de rien et de Les Bateaux-feux. Ce récit, tour à tour léger et émouvant, s’articule autour de la confection de seiches farcies, en vue d’un dîner donné le soir même. La recette en est découpée en douze commandements pour cordon bleu en souvenance de catéchèse. Ceux-ci composent les têtes de chapitre, les chapeautant comme un couvercle. Au fil de la préparation des seiches, de la farce, et des mitonnages divers, ce sont des bribes de sa vie...
Nathalie Dalain
septembre 1998
Le Matricule des Anges n°24