La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Mathieu Bénézet

A propos

Mathieu Bénézet met un point final à sa poésie Depuis plus de trente ans il écrit des livres comme on creuse des souterrains, perçant et recueillant les échos de voix hantées par l’enfance, la mort et l’écriture. Jusqu’à L’Aphonie de Hegel, « mon dernier poème ». Inconsolable…. Difficile en une seule phrase de décrire l’écriture de Mathieu Bénézet, de dire le foisonnement densifié des formes qu’elle prend. Écoutons les précisions qu’il donne pour chacun de ses livres : ménippée, mélodrame, mélange, roman, poésie, miscellanées, prose, rime, récit, essai de voir, de lire, poème. Depuis la parution de son premier livre important, L’Histoire de la peinture en trois volumes en 1968 chez Gallimard (préfacé par Aragon), le trajet de Bénézet est sans concession, sans compromission : chaque livre (presque trente dont, dernièrement, Moi, Mathieu bas-vignon, fils de…[Actes...
juillet 2000
Le Matricule des Anges n°31

Ouvrage chroniqué

Ne te confie qu’à moi
de Mathieu Bénézet
2008
Creusant sa parole inassouvie, Mathieu Bénézet poursuit, entre vie et didascalies, l’ombre imparfumée de l’amour d’aimer. Il y a de l’impossible chez Mathieu Bénézet, dans la façon qu’il a de se sentir séparé de sa vie et déchiré par sa « haine de la poésie » entendue comme lieu de toutes les illusions et de toutes les déceptions. « ° je me voulus peintre de la guerre & de la langue°/ c’est impossible ° j’accepte le rang d’étranger ° et le vertige/ de ne pas partir ° 1 bloc moderne ° attaché à rien° ». Une forme de vivre-mourir dont témoigne une œuvre hantée par la douleur du négatif. Mathieu Bénézet n’avait pas publié de livre de poèmes depuis L’Aphonie de Hegel (Obsidiane, 2000) dans lequel il soulignait...
Richard Blin
janvier 2009
Le Matricule des Anges n°99