La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Matthieu Messagier

Ouvrages chroniqués

Dernières poésies immédiates
de Matthieu Messagier
2020
Entre géographie mentale, humour organique et décharges d’images instantanées, la poésie funiculaire de Matthieu Messagier vise les étoiles pour mieux faire rempart à l’arrogance des mélancolies. Tout en parades sauvages et hautes hardiesses, outrances syncopées et pudeur de paradis, la poésie de Matthieu Messagier. Installée dans le paysage poétique français depuis le début des années 1970 – Messagier est l’un des cosignataires (aux côtés de Michel Bulteau, Zéno Bianu, Jacques Ferry, Jean-Jacques Faussot…) du Manifeste électrique aux paupières de jupes –, elle est polyphonie de sensations et de virtualités qui ne se dénouent pas, télescopages de mots, de sons montant à l’assaut des signes d’un réel bien souvent insaisissable. Décalée, déroutante, elle progresse par collisions...
Richard Blin
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211
Fond de troisième œil
de Matthieu Messagier
2005
Ils soumettent le réel à la lumière noire de leurs vers en surtension et font de l’implosion le moteur de leur écriture. Une anthologie, et un nouveau livre de Matthieu Messagier, pour découvrir les poètes électriques. Ils étaient jeunes, frondeurs, « à l’affût d’une autre beauté, d’un autre désespoir », et n’imaginaient la poésie qu’insoumise et convulsive, grosse de ce pouvoir d’illumination sans lequel elle n’est rien. La poésie comme résidu de calcination, éclats sauvages surgis de la ruine exaltée du rêve, du langage, du désir. Des éblouissements, de l’hérésie, de l’insensé mûri au plus secret d’une fringale d’écriture. Fruit de la vitesse et de cette électricité mentale dont ils firent leur emblème, le Manifeste électrique aux paupières de jupes paraît en 1971. « Manifeste électrifié/...
Richard Blin
juin 2005
Le Matricule des Anges n°64
Géologie historique et autres poèmes
de Matthieu Messagier
2002
ruption, érosion, constellation. De la géologie à l’art d’habiter les spirales de l’instant, la poésie de Matthieu Messagier revendique des contrastes orageux. Né en 1949, révélé en 1971 par la publication du Manifeste électrique aux paupières de jupes1, Matthieu Messagier s’est imposé depuis comme l’auteur d’une œuvre singulière marquée par une syntaxe brisée et un sens de la vitesse qui, décuplant la force sonore du vers comme sa souplesse rythmique, pulvérise l’immédiateté d’un sens univoque au profit d’un kaléidoscope de sensations. « Qu’un poème devienne véritablement un relief, par ses accidents, ses failles et ses montées à pic -écrit Renaud Ego- et c’est l’intelligence tactile qu’il éveille ; qu’un autre libère un bouquet de...
Richard Blin
janvier 2003
Le Matricule des Anges n°42
Un carnet du dedans
de Matthieu Messagier
ruption, érosion, constellation. De la géologie à l’art d’habiter les spirales de l’instant, la poésie de Matthieu Messagier revendique des contrastes orageux. Né en 1949, révélé en 1971 par la publication du Manifeste électrique aux paupières de jupes1, Matthieu Messagier s’est imposé depuis comme l’auteur d’une œuvre singulière marquée par une syntaxe brisée et un sens de la vitesse qui, décuplant la force sonore du vers comme sa souplesse rythmique, pulvérise l’immédiateté d’un sens univoque au profit d’un kaléidoscope de sensations. « Qu’un poème devienne véritablement un relief, par ses accidents, ses failles et ses montées à pic -écrit Renaud Ego- et c’est l’intelligence tactile qu’il éveille ; qu’un autre libère un bouquet de...
Richard Blin
janvier 2003
Le Matricule des Anges n°42