La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Michel Bulteau

Ouvrages chroniqués

Les Morts ne reviennent pas : carnets 2012-2015
de Michel Bulteau
2019
Les carnets du poète donnent à voir un homme solitaire qui fait face à la « démonologie du quotidien ». Je suis l’écrivain-poète Michel Bulteau. Mon père et ma mère sont morts. Je suis marié, j’ai une fille, que nous avons appelée Juliette ». Il est bon parfois de se rappeler qui l’on est. De se pincer, comme une piqûre de rappel. Parce que la folie guette ; celle, sournoise, d’une dissolution identitaire, cette tentation d’échapper à un monde qui paraît ne plus vouloir nous accepter. « C’est étrange comment le monde (…) veut m’éjecter ». À tort ou à raison, Bulteau a cette tenace impression, avançant dans la soixantaine, de vivre dans un « souterrain ». Tenir des carnets est une manière...
Anthony Dufraisse
avril 2019
Le Matricule des Anges n°202
Allen Ginsberg Le chant de l'Amérique
de Michel Bulteau
2006
Depuis la fin des années 60, Michel Bulteau poursuit une œuvre composite, celle d’un écrivain qui fut aussi cinéaste et musicien. Poète*, il est aussi un remarquable chroniqueur. Dans cette veine, Flowers (1989) ou A New York au milieu des spectres (2000) illustrent concrètement ce jugement d’Allen Ginsberg : « Ce qui est intéressant, c’est ton œil d’Européen. Aucun américain n’aurait jamais raconté « la scène new-yorkaise » ainsi. » Michel Bulteau a rencontré Ginsberg en 76 par l’entremise d’Henri Michaux. De cette rencontre naît un libre compagnonnage qui se poursuivra jusqu’à la mort...
Pierre Hild
octobre 2006
Le Matricule des Anges n°77