La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Octave Mirbeau

Ouvrages chroniqués

La Mort de Balzac
de Octave Mirbeau
2012
À l’origine, ce petit texte figurait dans un récit d’Octave Mirbeau (1848-1917) intitulé La 628-E8 (plaque minéralogique de sa voiture). Mais au moment de sa publication en 1907, la fille de madame Hanska lui demanda de supprimer ces pages qui salissaient la mémoire de sa mère, laquelle avait été le grand amour de Balzac. Il est vrai que ce portrait n’a rien de flatteur pour celle que Balzac eut à peine le temps d’épouser. On l’y voit pratiquer la bagatelle avec son amant, le peintre Jean Gigoux, cependant que Balzac agonise, seul dans la pièce voisine. Mais il n’a rien non plus de très...
Didier Garcia
janvier 2013
Le Matricule des Anges n°139
Vache tachetée et concombre fugitif
de Octave Mirbeau
2020
Une sélection des récits et reportages plus ou moins fictifs d’Octave Mirbeau est l’opportunité de redécouvrir la finesse de son regard et de son humour qui frappe juste. Si, de son œuvre, l’on ne retient aujourd’hui qu’une poignée de romans (Le Journal d’une femme de chambre, Le Jardin des supplices…), Octave Mirbeau n’en fut pas moins un écrivain prolifique et tout-terrain sachant passer sans encombre du conte à la nouvelle, de la critique littéraire au pamphlet. Une habileté de plume qui n’a rien de surprenante, puisqu’il écrivait abondamment dans les journaux à une époque où, comme le rappelle Stéphane Babey, le préfacier de cette anthologie de récits humoristiques, c’était «  la presse qui dictait le rythme de la vie intellectuelle française ». ...
Guillaume Contré
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213
Les Mémoires de mon ami
de Octave Mirbeau
Auteur du fameux Journal d’une femme de chambre, Octave Mirbeau (1848-1917) n’a cessé de fustiger les turpitudes bourgeoises. Publiés deux ans après sa mort, Les Mémoires de mon ami s’en prennent à la mesquinerie de la petite bourgeoisie et des femmes à travers le récit d’un employé mal marié et soupçonné de meurtre. Baptisé « Goya de la plume » par Dorgelès, Mirbeau ne dépasse sa misogynie que pour dénoncer une justice féroce. Il peint la « misère totale » du Dépôt de police où s’entassent enfants et miséreux, un tableau emprunté à son ami Jean Grave. Militant anarchiste, ce dernier...
Éric Dussert
octobre 1994
Le Matricule des Anges n°9