La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Osip Emilievitch Mandelstam

Ouvrages chroniqués

Le Timbre égyptien
de Osip Emilievitch Mandelstam
1995
Réédition du Timbre égyptien, l’unique roman du poète Ossip Mandelstam, une déambulation à travers Pétersbourg, dans le rêve effondré de l’Histoire. En 1928, soit neuf ans après la première révolution bolchévique, paraît en Russie Le Timbre égyptien. Deux ans plus tard, la traduction française, due à Georges Limbour et au critique Mirsky, est accueillie dans les pages de revue Commerce, que dirigent Valéry, Fargue et Larbaud. C’est une chance aujourd’hui d’y avoir accès, dans une nouvelle édition qui en a éliminé les dernières inexactitudes, et qui prend le parti de conserver les transcriptions russes en usage alors. Ce court texte est sans doute le premier à témoigner des désillusions que ressentit Mandelstam après les deux premières...
Emmanuel Laugier
avril 2009
Le Matricule des Anges n°102
Le Bruit du temps
de Osip Emilievitch Mandelstam
2006
Persécuté puis déporté en Sibérie où il mourut, le poète Ossip Mandelstam (1891-1938) avait dénoncé avec vigueur l’aberration de la réalité stalinienne. Ce fut surtout un « sismographe sensible » du siècle dernier. L’éditeur ne s’est pas trompé. Pourtant l’affaire pouvait paraître tangente, avec ce texte éminemment circonstancié qui porte, avec toutes ses références à l’affaire qui l’a engendré dates, noms, allusions, arguments, les risques de sa propre obsolescence. Mais non. Au-delà de l’anecdote et encore, elle est plutôt la quintessence d’un temps sinistre, La Quatrième prose est un formidable morceau de littérature, et on comprend bien que tel devait être l’enjeu de l’auteur, étant entendu les raisons qui l’ont poussé à ce travail. En 1928, Mandelstam est accusé à tort de plagiat, lui qui déjà...
Marta Krol
octobre 2006
Le Matricule des Anges n°77