La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Patricia Cartereau

Ouvrages chroniqués

Pelotes, averses, miroirs
de Patricia Cartereau , Albane Gellé
2018
Au début, il y a un dessin de Patricia Cartereau auquel Albane Gellé répond en poème et ainsi de suite, c’est-à-dire 37 fois chacune. Pelotes, Averses, Miroirs est un superbe ouvrage. En tant qu’objet d’abord, les aquarelles et dessins de la plasticienne Patricia Cartereau y sont vifs et lumineux, les poèmes d’Albane Gellé, un art de l’ellipse et du délicat qui jamais n’appuie malgré « tout ce qui tombe » et notre soumission à la loi universelle de la gravitation. En tant qu’expérience artistique, le livre élabore les conditions d’un véritable dialogue « une opération commune dont aucun(e) n’est le créateur. Il y a là un être à deux » (Merleau-Ponty). Le livre est, en fait, une correspondance : elle s’inscrit dans le...
Christine Plantec
avril 2018
Le Matricule des Anges n°192
La Hante
de Patricia Cartereau , Éric Pessan
2015
En s’intéressant à la chasse, autrement dit à la place dévolue au sauvage dans notre société, Éric Pessan montre la prégnance de ce qui ne vaut que d’échapper. Relation archaïque à de l’archaïque, la chasse relève de la poursuite de la vie jusque dans la mort. Fondée sur le versement du sang, elle a longtemps fait partie – avec la guerre – de ces données de la vie immédiate qui caractérisent le Réel. Si cette vieille relation à la nature paraît difficilement admissible dans les univers urbains d’aujourd’hui – pour lesquels la nature est tout au plus un décor –, elle perdure cependant sous la forme de l’appel du Sauvage et de tout ce qui, chez l’homme, relève de l’animalité : la peur, la survie, la force brutale, la ruse, la rivalité… C’est...
Richard Blin
février 2016
Le Matricule des Anges n°170