La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Patrick Da Silva

Ouvrages chroniqués

Et filii
de Patrick Da Silva
2018
Dans un récit polyphonique, Patrick Da Silva tire les fils d’une mémoire intime. Patrick Da Silva raconte qu’enfant, il aimait les histoires, qu’il lit parce qu’on lui a lu. Mais qu’il n’y avait pas beaucoup de livres à la maison. Et que les histoires à entendre, c’était à la messe, le dimanche matin. Il y a dans Et filii des histoires et du contemplatif, de la messe et de l’écriture. Du temps à prendre et à donner. « Me suis assis sur les rochers. Dans mon dos la forêt comme une coulée de lave froide que le lac aurait figé dans son élan, comme une bête, froide tout autant, gigantesque, antédiluvienne. (…) À chaque fois, auprès du lac, me saisit ce vertige de...
Julie Coutu
juillet 2018
Le Matricule des Anges n°195
Petite ronce
de Patrick Da Silva
1999
Le père du narrateur vient de mourir. Le livre existe comme une tentative de construire un plein illusoire, capable de contrebalancer le rétrécissement soudain du monde. Trop de routes sont devenues impraticables : « …où que j’aille, un jour nous y sommes passés. C’était : faire du bois, rentrer les foins, cueillir les mûres, ramasser les noisettes. Partout là-haut, il y a ton empreinte. A l’automne, tu seras sous tous les noisetiers ». Nous sommes à la campagne. La langue emprunte sa nervure au bois. Elle est noueuse, rompue aux changements de saisons. Elle s’empoigne, se sarcle, cingle...
Christophe Fourvel
août 1999
Le Matricule des Anges n°27