La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Patrick Guyon

Ouvrages chroniqués

Le Livre de la sortie du jour
de Patrick Guyon
1997
Poète encore trop méconnu, Patrick Guyon continue de tutoyer les dieux en concluant un tryptique avec Le Livre de la sortie du jour. Un cœur qui marche vers sa cause ne cesse pas ». L’œuvre poétique de Patrick Guyon obéit à cette phrase en mettant en scène l’être humain sur un chemin où tout demeure en équilibre. Présenté comme un livre comprenant les deux premières parties d’un tryptique dont le troisième volet est paru en 1995 (L’Autre moitié du ciel, chez le même éditeur), Le Livre de la sortie du jour propose d’être ce jeu d’alchimie, entre philosophie et images, qui est la poésie. Dans une écriture stricte, austère, et encore plus inaltérable dans l’amour qu’elle exprime que dans les blessures qui l’affectent,...
Marc Blanchet
janvier 1998
Le Matricule des Anges n°22
L' Autre moitié du ciel
de Patrick Guyon
Discorde et Haine ont fait nos têtes, nos membres séparés. Et l’eau des larmes peut rappeler toute une mer sans fond, ce n’est qu’un pauvre instant d’immémorial amour. / Par la peur du courage l’ordre est laissé aux naturelles déités, et après ces sanglots où nous croyons toucher la terre, je reçois le silence, plus que la haine au cou cassé. M’est offerte une gifle : profil penché sur l’obsédant repas. / Contre la nuit aux yeux déserts, le cœur strident fait des fauchées de meurtre. Des lettres capitales ensanglantent le papier.« Ce poème, extrait du nouveau recueil de Patrick Guyon...
Marc Blanchet
février 1996
Le Matricule des Anges n°15