La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Patrick Kermann

Ouvrages chroniqués

Les Tristes champs d’asphodèles
de Patrick Kermann
2015
Parler pour être au monde. Patrick Kermann s’essaie à trois tentatives du dire du quoi. Audacieux. Deux personnages : Lun et Lautre. Mais il y en aura d’autres… Des morts, des vivants, des qui passent et reviennent, des qui parlent bien, des qui parlent vite, des qui parlent peu, des qui parlent court. En tout cas des qui parlent. Ainsi Lun parle pour aider Lautre à dire. Lautre qui voudrait dire, peut-être, mais ne peut pas. Alors Lun parle, mais parle bref, parle coupé : « sors pas / sors pas non / hé non / peux ‘core / peux sûr / ‘core / ‘spire ‘core / là / et joues gonfles joues / là / bouge p’us / p’us… » Et parle beaucoup pour aider Lautre à dire. Lui donne des conseils, des...
Patrick Gay Bellile
mai 2016
Le Matricule des Anges n°173
Leçons de ténèbres
de Patrick Kermann
Entre la tombée de la nuit et l’aube, entre une prière juive et une harangue de coryphée de la Grèce antique, ces ténèbres de Patrick Kermann reconvoquent les figures perdues, les vies mortes de tous les âges, de la guerre de Troie à Auschwitz… Des voix s’élèvent en vingt-deux séquences correspondant aux vingt-deux lettres de l’alphabet hébreu. Pour dire l’impossibilité et en même temps la nécessité de nommer le monde, l’humanité. Patrick Kermann choisit de citer Gershom Scholem :« Impossible donc de l’oublier, impossible de s’en souvenir. Impossible aussi, quand on parle, d’en...
Laurence Cazaux
mars 2000
Le Matricule des Anges n°30