La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Pétrus Borel

Ouvrages chroniqués

Champavert
de Pétrus Borel
Pierre Borel d’Hauterive arborait une particule fantaisiste et un pseudonyme étrange : le Lycanthrope. Il fut la figure la plus originale du cénacle des « petits romantiques ». Son alter ego ténébreux Champavert en témoigne qui signe le propre éloge funèbre de Borel. Humour noir, fascination morbide, goût pour le suicide, le livre suscita le scandale en 1833. Le frénétique Homme-loup n’avait que vingt-quatre ans. Il mourra en 1859 d’une insolation en laissant une œuvre marquante quoiqu’assez courte. Le présent ouvrage constitue moins une réédition qu’un dossier biographique. Agrémenté...
Éric Dussert
décembre 1996
Le Matricule des Anges n°18
Le Croque-mort
de Pétrus Borel
Petrus Borel (1809-1859) avait tendance à broyer du noir. Le Croque-mort, belle brochure reproduite en fac-similé avec des gravures d’Henry Monnier, montre qu’il savait aussi s’amuser.Un divertissement dont les employés des Pompes funèbres font les frais : « le croque-mort salue gaiement l’aurore, crie trois fois gloire à Bacchus, et après de nombreuses salves d’eau-de-vie […] pénètre bientôt dans le sein de quelque famille dans l’affliction, où […] il mesure non pas l’étendue de la perte que la patrie vient de faire, mais la longueur et l’épaisseur du défunt. » Cette courte chronique...
Éric Dussert
novembre 1997
Le Matricule des Anges n°21