La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Philippe Claudel

Ouvrages chroniqués

Les Âmes grises
de Philippe Claudel
2003
Entre innocence et culpabilité, explication et expiation, Philippe Claudel explore la face cachée de nos vies. Insatiable la passion du concret, chez Philippe Claudel, une passion pour la vie, pour ces successions de moments de sang ou de grâce qui la font et la défont. Depuis Meuse l’oubli (1999) en passant par Quelques-uns des cent regrets, J’abandonne et Les Petites Mécaniques (Prix Goncourt de la Nouvelle 2003), il s’attache à regarder cette réalité en face. Avec une sorte de perception aussi intuitive qu’animale, c’est le filigrane du vivant qu’il met à nu, tous ces petits riens qui décident de l’amour ou de la mort, du bonheur ou du malheur, et qui donnent ou ôtent à une existence sa lumière...
Richard Blin
septembre 2003
Le Matricule des Anges n°46
Le Café de l’Excelsior
de Philippe Claudel
1999
Philippe Claudel, remarqué il y a peu pour Meuse l’oubli chez Balland, livre un touchant petit roman, discret, mélancolique. Un bistro, « enclave oubliée » par l’étau de nos sociétés surveillées, est le théâtre de l’enfance heureuse d’un garçon, en compagnie du tenancier, son grand-père. Un cercle s’est formé : on y boit sec, entre habitués, tentant d’éponger les blessures de chacun qui ne se disent mais que l’enfant pressent. Dans une prose nette, polie comme un zinc par le temps, Philippe Claudel rend bien la poésie des assommoirs qui sont autant un lieu d’oubli qu’un petit paradis vu...
Pierre Hild
janvier 2000
Le Matricule des Anges n°29