La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Pierre Bost

A propos

Un métier qui paye Pierre Bost connut le désenchantement du journalisme et des ingrats métiers de la littérature. Le cinéma lui fut plus doux. Passée la Seconde Guerre mondiale et ses lots variés d’horreurs, le monde avait changé, comme le regard qu’on lui portait et les réflexions que le genre humain se prodiguait. En conséquence, les interminables fresques romanesques de Georges Duhamel ou de Jules Romains n’avaient plus cours, non plus que les bluettes fashionables des Roaring Twenties. Oubliés aussi Paul Bourget et ses billevesées sentimentales, la poëterie qui se tordait les mains avec des airs inspirés et les romans d’avant 1940. La nouvelle époque, renaissance hagarde, voulait du lourd, de la perspective sociale, et...
mars 2009
Le Matricule des Anges n°101

Ouvrage chroniqué

Monsieur Ladmiral va bientôt mourir
de Pierre Bost
2005
Un dimanche à la campagne suffit à Pierre Bost pour enterrer toute une époque. Savoureux. Publié en 1945, ce court roman possède une fraîcheur revigorante. Monsieur Ladmiral est un peintre, tendance pompeux, qui arrive à la fin de sa vie. S’il aime la peinture, il « avait assez de goût pour ne pas trop aimer la sienne. » Il vit dans une campagne proche de Paris. Chaque dimanche, ou presque, il reçoit la visite de son fils Gonzague, de sa bru Marie-Thérèse ( « elle était heureuse, certainement. Un peu lentement, mais avec application et placidité » ) et de leurs trois enfants. Gonzague...
Thierry Guichard
mars 2005
Le Matricule des Anges n°61