La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Pierre Lépagnol

A propos

Glissant À 37 ans, Pierre Lépagnol travaille pour une agence d’urbanisme et collabore, sur Toulouse à différents magazines culturels comme Ramdam. Il n’a jamais publié malgré une première tentative il y a dix ans. Il avoue deux romans sous le coude. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Pierre Lépagnol ne lit guère de polars. Jamais non plus de S.-F. ou de poésie, mais beaucoup de romans. Il cite volontiers Stig Dagerman pour Le Serpent, Graham Swift pour À tout jamais (Gallimard). Dernier ouvrage acheté : Le Moine Apostat d’Anthony Shafton (Ombres) trouvé à la librairie Ombres Blanches qu’il fréquente. Aller-retour jusqu’à la pointe où deux pêcheurs, assis et navrés devant Billancourt, n’attendaient rien. L’île est la même, malgré les publicistes, adossés maintenant aux architectes. Deux passages lents devant la maison, à peine appuyés, on s’en tiendra là. Des bourrasques mauvaises montaient du fleuve.J’ai pris par le chemin des vignes, une sente sur le coteau, un entre-deux-guerres révolu, une traboule muletière bordée de friches en terrasses. En bas, Issy écume de verre et de métal comme un escargot qui dégorge. À mi-marches, j’ai aperçu la Cardiane. On s’est croisés, dans le silence...
juillet 1997
Le Matricule des Anges n°20